La Nouvelle Tribune

Abomey : bataille fratricide autour du trône de Gbêhanzin

Espace membre

Crise de succession au trône du roi Gbêhanzin au palais de Djimè à Abomey, capitale historique du Bénin. Un nouvel épisode de l’éternelle bataille à la succession du roi Houédognin fait l’actualité dans la cité des Houégbadjavi.

Installé sur le trône en février dernier, Dada Houéhoun-Wêkêhon a été chassé du palais de Djimè par des éléments du camp rival. L’opération de renversement a eu lieu nuitamment il y a une semaine.  De sources proches du palais, le camp rival, celui de Dada Fingnankoun a emprunté des labyrinthes donnant accès au palais pour surprendre le nouveau roi et  sa cour royale plongés dans un profond sommeil. Pris de court, les occupants, selon nos sources ont d’abord détalé avant de revenir récupérer leurs bagages.

Une guerre de retraités

Opposés dans cette guerre de succession au trône du roi Gbêhanzin, deux fonctionnaires admis à la retraite. Emmanuel Béhanzin appelé Dada Fingnankoun, l’un des prétendants au trône est un inspecteur des Impôts à la retraite. Son rival, Edouard Béhanzin alias Dada Houéhoun-Wêkêhon est un  douanier à  la retraite. Déjà 05 ans que dure cette guerre de succession entre les deux frères ennemis. Avec ce rebondissement dans la crise fratricide dans cette grande famille princière d’Abomey, l’autorité communale a décidé de jouer la carte de la médiation. Le maire Blaise Ahanhanzo-Glèlè, a-t-on appris, a déjà réuni les deux camps rivaux pour des pourparlers qui ont débouché sur l’installation d’une commission paritaire de onze membres devant, dans un délai de 30 jours, faire des propositions de résolution du conflit. Des premières négociations, il ressort qu’aucun des deux prétendants n’est prêt à renoncer au trône pour la réconciliation. Le Conseil communal, pour sa part compte bien trancher cette affaire, mais tout porte à croire que la fin du feuilleton n’est pas pour bientôt.