La Nouvelle Tribune

ANT : Les cinq membres ont prêté serment hier à la Cour d’appel

Espace membre

Les membres de l’Agence nationale, nommés par décret présidentiel le 15 juin dernier ont prêté serment. C’était à la Cour d’Appel de Cotonou ce mercredi 29 juin 2016. Jean-Claude Ahouanvoébla (régisseur général adjoint), Issiakou Souleymane (responsable de l’administration du réseau), Aurèle Quenum (responsable du développement des bases de données), Labou Djibril Amadou (responsable du budget) et Bonaventure Gagnon (régisseur général), sont les membres de l’Agence nationale de traitement (Ant).

Hormis Bonaventure Gagnon (régisseur général), absent pour raison de santé, tous les autres membres ont prêté serment devant la Cour d’appel de Cotonou. Réunis en audience solennelle pour ladite circonstance dans la salle A de la cour ce mercredi 29 juin 2016, ils entament la mission qui leur est assignée. Sélectionnés à l’issue d’un appel à candidatures lancé par le Cos Lépi, ces cinq membres techniques ont en charge la gestion du fichier électoral national. Conformément à l’article 331 du code électoral, ils sont officiellement installés et jurent relever les défis qui leur seront confiés pendant ces cinq prochaines années.

Lire Lépi au Bénin : A propos du mandat des responsables de l'ANT

Appelés à remplacer le Centre national de traitement (Cnt), ils auront à assumer de grandes responsabilités. Pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois, les membres techniques vont assurer l’information et le traitement des données du Fichier électoral national (Fen). La réalisation de la cartographie électorale, l’impression des extraits de la Lépi, la publicité relative aux travaux d’acquittement, de correction de mise à jour et d’actualisation du fichier électoral sont entre autres les nombreuses missions qui leur sont confiées.

Selon Honoré Gbodogbé 1er substitut du procureur, l’importance et la délicatesse des missions assignées à cette institution par la loi justifient que les membres soient présentés à la nation afin qu’ils soient jugés au moment venu sur la base de leur engagement solennels. Quant à Bonaventure Gagnon, il prêtera serment devant la Cour dès son rétablissement