La Nouvelle Tribune

Descente du chef de l’Etat à Sèmè-Podji

Espace membre

Yayi BoniUn soutien pour Mathias Gbèdan
Le président Boni Yayi était hier dans la commune de Sèmè-Podji où il a visité les écoles des différents arrondissements. Une visite qui se présente comme la ronde du général après la victoire sur un champ de bataille
Au cours de sa visite marathon à travers les arrondissements de Sèmè-Podji (Agblangandan, Djèffa, Aholouyèmè, Ekpè), le président a touché du doigt les réalités de l’école béninoise. Ces réalités ont pour nom : manque de salles de classe, d’enseignants, des conditions misérables des enseignants, le cadre d’étude des élèves, la pléthore d’effectifs dans les salles de classe.  

Autres problèmes soulevés pendant la visite du président Boni Yayi, ce sont les manques d’eau, l’absence d’électricité. Pour parer à ces problèmes, le maire de Sèmè estime qu’il faut que l’Etat béninois construise 350 salles de classe à raison de 50 par an. Comme dans de pareilles circonstances, le chef de l’Etat a pris l’engagement d’apporter des solutions aux doléances des élèves et enseignants de Sèmè-Podji.  Une telle descente est à saluer tant il est vrai que cela permet à un chef d’Etat d’aller constater de visu si les rapports et autres fiches qui lui sont faits reflètent la vérité.

Cependant, il faut reconnaître que cela vient à un moment où elle prête à débat. En effet, il y a seulement quelques jours que l’actuel maire de la commune de Sèmè-Podji, Mathias Gbèdan, a transhumé du Prd pour pouvoir se faire réélire sur la liste Fcbe du chef de l’Etat.
{mosgoogle}
On se rappelle tout ce que cette transhumance, à la limite de l’indécence, a fait couler comme  encre et salive. On peut donc comprendre à travers cette descente du président de la République comme une caution, une légitimité qu’il apporte à l’élection de Mathias Gbèdan. Le but principal serait de montrer à la population qu’il est avec lui et qu’il le soutient totalement.

Benoît Mètonou