La Nouvelle Tribune

Les Osc apprécient l’outil ayant évité le pire au Bénin pendant la présidentielle

Espace membre

Trois mois après la fin du processus électoral dont le dernier acte est l’élection du Président Patrice Talon, et dans le souci de mieux capitaliser les acquis pour des contributions plus réussies à l’avenir, la Plateforme électorale des Osc du Bénin et ses partenaires tiennent depuis hier au Palais des congrès un atelier d’évaluation de l’initiative «Citoyen, veille et contribue !» qui leur a permis de déployer plus de 3000 personnes pour des missions d’observation.

Des formations, des campagnes de sensibilisation, des séances de travail avec les institutions et organes en charge des élections, des rencontres périodiques avec la presse dénommée « Mardi et vendredi de la Plateforme »… De juillet 2015 à avril 2016 à l’installation du Président Patrice Talon, la Plateforme électorale des Osc du Bénin, a assuré le suivi permanent du dernier processus électoral béninois qui en dépit des craintes, a eu une issue heureuse. Trois mois après le processus, la Plateforme électorale des Osc du Bénin se livre depuis ce jeudi 23 juin à un exercice d’appréciation de l’initiative «Citoyen, veille et contribue !» à travers laquelle elle a accompli cette mission qualifiée de « noble » par tout le monde.

Ayant pris fin ce vendredi au Palais des Congrès, l’«atelier d’évaluation et de capitalisation des acquis de l’initiative ''Citoyen, veille et contribue ’’ » a réuni entres autres, des consultants évaluateurs, des représentants des partenaires techniques et financiers, des observateurs, des membres du comité de pilotage ainsi que les premiers responsables de la Plateforme.

« Nous voici aujourd’hui réunis pour faire le bilan du travail abattu et tirer les enseignements qui s’imposent, fidèles à notre engagement de tout faire pour tout bien faire » a indiqué aux participants, Mme Fatoumatou Batoko Zossou, présidente de la Plateforme. Durant tout le temps qu’a duré le processus de veille rappelle Gustave Assah, le vice-Président, « Nous avons assuré la veille et le suivi permanents des défis qui ont caractérisé les deux tours du scrutin présidentiel de 2016 relativement à la production et à la distribution des cartes d’électeurs, aux mesures nécessaires à la sécurisation et à la transparence du scrutin, à la campagne électorale, aux velléités de fraudes électorales et à la préservation de la paix dans notre pays ». Il s’agit d’un travail de longue haleine selon Mme Batoko Zossou : « Ce fut long, ce chemin parcouru. Il était parsemé de questionnements, d’inquiétudes, de craintes, de peurs pour finir par un grand soulagement ».

Professionnaliser la Plateforme

Au lancement de l’atelier de capitalisation, la Plateforme des Osc a tenu à souligner le rôle capital joué par ses partenaires techniques et financiers. Ces partenaires sont Osiwa, l'Union européenne, le Pnud, la Coopération Suisse, l'Ambassade des Etats-Unis, l’Oif pour qui Mme Batoko Zossou a demandé et obtenu une standing-ovation.

Malgré le succès enregistré, la Plateforme est dans un souci de perfectionnement de l’outil d’observation. L’atelier, selon Julien Oussou, le coordonnateur national, est « stratégique ». A ce sujet, souligne Mme Batoko Zossou « aucun succès ne doit paraître si grand pour nous posséder au point d’occulter l’insuffisance la plus infime. Les bons points, les moins bons, doivent être mis sur la table et les solutions idoines trouvées pour mieux envisager les futurs rendez-vous électoraux au Bénin ». Elle a de ce pas, exhorté les participants au courage dans l’évocation des insuffisances et écueils auxquels la Plateforme a été confrontée