La Nouvelle Tribune

Bénin : Le trésor public paralysé

Espace membre

Tournant au ralenti depuis lundi dernier, l’administration du trésor et de la comptabilité publique a totalement été paralysée. La motion de grève de quarante huit (48) heures à compter de ce mercredi 22 juin 2016 à 00 heure lancée par le syndicat des agents du Trésor Public du Bénin (SYNATREP) et le Syndicat national des agents de la trésorerie du Bénin (SNATB) a été largement suivie.

C’est le constat fait ce mercredi matin à la direction générale du trésor et de la comptabilité publique. Les bureaux des différents services étaient tous fermés. L’accès à la cour de la direction était quasi-impossible pour les personnes étrangères. Les usagers ont tous été refoulés à l’entrée principale par un agent de sécurité instruit à cet effet.

Très catégorique, l’agent des forces armées béninoises : « Vous ne pouvez pas rentrer. Il n’y a pas travail aujourd’hui, les agents sont tous en grève, il faut revenir vendredi ».  

Déjà des victimes collatérales

Cette situation de grève qui paralyse le trésor et la comptabilité publique n’est pas sans conséquence, notamment sur les usagers. Ils étaient nombreux les usagers renvoyés de la direction dans la matinée de ce mercredi pour fait de grève. Ces derniers vivent mal cette situation qui dure depuis lundi.

« Normalement, on devrait nous informés », a regretté une dame admise à la retraite venue d’un village de la commune de Nikki, dans la partie septentrionale pour des informations relatives à son dossier.

L’usagère du trésor trouve anormale cette situation car, en plus de venir de très loin, elle a « passé de l’argent » pour son voyage et « loge chez des amis ». Malgré tous ces sacrifices,  elle ne peut faire ce pourquoi elle a effectué ce long déplacement.

« Faut-il attendre jusqu’à vendredi ? Est-ce que si on reste jusqu’à vendredi, on sera satisfait », s’interroge-t-elle

A cause de deux personnes ?

Les agents de cette direction du trésor et de la comptabilité publique, faut-il le rappeler, ont déclenché ce mouvement de grève pour réclamer le rétablissement dans leurs fonctions de deux de leurs collègues attachés financiers en poste dans les ambassades béninoises à Paris en France et à Berlin en Allemagne. A en croire les syndicalistes, leurs collègues ont été « abusivement » relevés de leurs fonctions. La grève comme on peut le constater est sans service minimum. Et les agents disent être bien contraints car expliquent-ils « l’heure est grave ».

Mais est-ce pour deux personnes il faut pénaliser tout un peuple ? « Au-delà de ces deux personnes, il y a toute une administration, le trésor public », rétorque Innocent Codjia, 1er Secrétaire général adjoint du SNATB qui fait remarquer que l’enjeu est grand. En ce qui concerne les souffrances des usagers, le syndicaliste espère que  le ministre de l’Economie prendra la mesure et trouvera une solution dans un bref délai.