La Nouvelle Tribune

« Bassins versants du Zou » Luc Atrokpo et les PTF lancent les études de faisabilité

Espace membre

Le président de la Communauté des communes du Zou (CCZ), Luc Atrokpo, a procédé, lundi 20 juin, au lancement des études d’élaboration d’une stratégie globale de la gestion des eaux et d’adaptation aux changements climatiques dans le Zou. Ces études vont aboutir à l’exécution du projet « bassins versants du Zou ».

Mettre les populations à l'abri de l'inondation et impacter positivement l’économie départementale. Tel est l’objectif que vise le projet dénommé « bassins versants du Zou » dont les etudes ont été lancées lundi dernier par le maire Luc Atrokpo. Sur les 275 millions de FCFA que vont coûter les études d'élaboration de la stratégie globale de mise en œuvre du projet, les communes du Zou vont payer 13 millions. Les eaux pluviales, qui causent des dégâts matériels et humains, vont à terme, être transformées en opportunités pour les populations du Zou. Primo, les études vont permettre de faire le diagnostic approfondi du phénomène cyclique pour en cerner avec les regards des experts, les causes. Dans un second temps, elles vont faciliter l’élaboration d’un programme d’action pour contenir et muter la menace en opportunité. Puis enfin, elles vont permettre de faire une évaluation chiffrée du programme stratégique jusqu’à l’appel d’offre et adapter également le département aux effets des changements climatiques.

L’engagement des autorités et PTF

Les autorités centrales et communales ainsi que les partenaires techniques et financiers (Ptf) ont pris l’engagement de soulager les peines des populations du département en s'engageant à les faire vivre dans un environnement sain, grâce à leur implication pour la concrétisation de ce merveilleux projet.

« Pour limiter les dégâts des eaux de ruissellement dans le Zou, les 9 communes ont monté le projet bassins versants du Zou. Il s’agit, pour nous, de transformer cette menace en opportunité pour nos populations », a déclaré Luc Atrokpo. « Nous allons faire de sorte que les eaux de ruissellement, qui constituent un danger, génèrent des emplois dans le Zou », a renchéri l'un des partenaires importants représenté à la cérémonie de lancement officielle par le vice-président de l’Agglomération Seine-Eure (CASE) en France, Hubert Zoutu. « Nous promettons, en ce qui nous concerne, de jouer notre partition pour la réussite de ce projet », a rassuré le préfet du département du Zou/Collines, Sébastien Chabi. « En matière de technicité, il n’y a pas de soucis. Nous sommes prêts pour transformer ce danger en opportunité », a rassuré le chef de mission du groupement G2C, Stéphane Nougier, de l’Agence Sud-est, ayant en charge les Etudes

Un projet fédérateur

Comme un seul homme, les maires du Zou se mobilisent pour mettre fin aux désastres des eaux de ruissellement au centre du Bénin. Leur projet a reçu l’adhésion des Ptf. Sur les 3 projets africains acceptés à la COP21, le projet" bassins versants du Zou " porté à être conférence mondiale par Luc Atrokpo en fait partie. L’Union européenne (Ue), l’Agence française de développement (Afd), l’Ambassade de France au Bénin et autres partenaires l'ont approuvé

Cette initiative est à mettre à l’actif du président de l’Union des communes du Zou (UCOZ) encore connue sous l'appellation de Communauté des communes du Zou (CCZ). Le maire de Bohicon, Luc Atrokpo, s’est battu pour que ses collègues d’Abomey, Agbangnizoun, Djidja, Zogbodomey, Za-Kpota, Covè, Zagnanado et Ouinhi aient l'accompagnement de ces partenaires sur ce projet.

Création d’emplois et de richesse aux populations

Le projet « bassins versants du Zou » est un projet porteur d’espoir. En fait, avec ce projet, les eaux de ruissellement vont contourner les villes concernées au lieu de les traverser pour y causer des dégâts. Dès lors, ces eaux pluviales vont servir à l’agriculture, la pêche, l’élevage et à d’autres activités génératrices de revenus. Aussi, la mise en place du système de canalisation de ces eaux va t-elle générer des emplois aux hommes, femmes et jeunes du département du zou.

Les spécialistes vont se plier en quatre, pour qu'en huit mois, un travail exploitable s'agissant des Etudes soit livré