La Nouvelle Tribune

Découpage territorial : Ce que le PCB reproche à Talon

Espace membre

Faisant foi à l’actualité du week-end dernier, relative à l’annonce des nouveaux chefs-lieux de département, le parti communiste du Bénin (Pcb) s’insurge contre la démarche du président Patrice Talon.

Dans un communiqué (ci-dessous) parvenu à notre rédaction en date de ce lundi 20 juin, le Pcb reproche au président de la république d’avoir ignoré les réalités de notre pays, les principes élémentaires en matière de collectivité territoriale (plans historique, linguistique et culturel). Lire l’intégralité du communiqué du Pcb.

Communiqué de presse: au sujet de la question récurrente du découpage territorial

La question du découpage territorial est remise à l’ordre du jour  par le Président Talon qui, selon la presse nationale serait allé négocier l’adhésion des populations de Ouidah (12 juin 2016) et de Savalou (18 juin 2016)  à son choix des chefs-lieux de département à savoir entre autres Allada pour l’Atlantique et Dassa pour les Collines.

Ce choix suscite des réactions diverses allant jusqu’au  soulèvement  des populations de Savalou le samedi 18 juin dernier (L’Informateur N°3267 du lundi 20 juin 2016).

Lire Bénin : soulèvement à Savalou après une déclaration du président Talon

Il apparaît ainsi que le Président Talon a opté pour le découpage du pays en douze(12) départements et a désigné des chefs-lieux en ne prenant pas en compte les réalités historiques, socio-culturelles et, ce faisant, pouvant conduire à des conflits inutiles et pourtant évitables.En effet, un découpage territorial, pour être viable et aider à la cohésion sociale et en même temps libérer les énergies pour le développement économique et social, doit se baser sur « l’unité historique, linguistique et culturelle des peuples à rassembler dans une même région». C’est ce que le Parti Communiste du Bénin a élaboré et proposé depuis 1988. C’est ce qu’il rappelle régulièrement et tout récemment encore a transmis à la Commission Technique chargée des réformes politiques et Institutionnelles installée par le Chef de l’Etat le 06 mai 2016. A ce titre, on peut lire :

« TITRE X- DES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET  DES DECOUPAGES DU PAYS

Principes :

Le découpage territorial doit s’effectuer en tenant compte de l’unicité linguistique, historique et culturelle des peuples à rassembler dans une même région afin d’en faciliter l’administration.

Ainsi,

1°- Le territoire de la République du Bénin est découpé en quarante- deux régions autonomes correspondant aux ethnies, sous-ethnies ou nationalités qui peuplent notre pays ; chacune directement reliée au Ministère de l’Intérieur ou de la Décentralisation. Celles-ci représentent les plus hauts niveaux de groupements communautaires de notre pays (unicité de langues, d’histoire et de cultures).

2°-  Chaque région jouit de la plus large autonomie administrative, culturelle.

3°- Au niveau inférieur, les communes à situer au niveau des villes (considérées comme communes urbaines) et les villages.

4°- Chaque région jouit du droit d’élire ses responsables depuis le village ou quartier de ville jusqu’à la Direction de la Région.

5°- Chaque région a le droit et l’obligation d’user de la langue locale tant dans l’administration communale, municipale que locale.» (in "Quelle Constitution pour le Bénin ?")

Commentaire

Il est regrettable que le Chef de l’Etat n’ait même pas attendu d’avoir le rapport de ladite Commission mise en place par lui-même avant de se mettre à diffuser publiquement  ses propres choix. Il est surtout regrettable que l’on continue d’ignorer les réalités de notre pays et les principes élémentaires en matière de collectivité territoriale qui indiquent qu’il vaut mieux mettre ensemble les gens sur la base d’une communauté homogène sur les plans historique, linguistique et culturel pour en faciliter l’administration. Vu de cette manière, les Mahi se retrouveraient dans un même département où ils n’auront pas à se quereller avec les Idatcha qui à leur tour se sentiraient à l’aise dans le leur ; de même que les Ayizo dans leur département n’auraient aucun conflit de ce genre avec les Gléhouénou.

Chaque département se sentirait alors plus à l’aise dans son homogénéité et autonomie pour initier et construire son développement en union avec toutes les autres régions du pays.

Cotonou, le 20 juin 2016
Pour le Parti Communiste du Bénin
Le Porte-parole
Jean Kokou ZOUNON