La Nouvelle Tribune

Bénin : le trésor public paralysé à compter de ce mercredi

Espace membre

L’administration du trésor public sera paralysée dans les tout prochains jours. A partir de ce mercredi 22 juin 2016, et ce, pour quarante huit (48) heures, les travailleurs en poste au trésor observent une grève d’avertissement.

Les agents de cette administration publique rattachée au ministère de l’Economie et des Finances ont décidé de l’observation de ce mot d’ordre de grève pour manifester leur colère. Les agents du trésor, réunis au sein de leurs syndicats, le syndicat des agents du Trésor Public du Bénin (SYNATREP) et le Syndicat national des agents de la trésorerie du Bénin (SNATB), sont en courroux  contre le régime du Nouveau départ et de la Rupture du fait du relèvement de deux de leurs collègues, précisément des attachés financier, en poste dans des ambassades béninoises à l’étranger.  Selon les manifestants, les relèvements de leurs camarades de leurs fonctions d’attachés financiers dans les ambassades sont « abusifs ». Cela, car les actes prononçant ses « sanctions » ne respectent pas les « étapes élémentaires » en matière  de droit administratif préalables à une sanction de relèvement (la demande d’explication).

Sit-in suivi de grève

Pour donc manifester contre ces actes qu’ils qualifient de « scélérates », les travailleurs du trésor ont organisé dans la matinée de ce lundi 20 juin, un sit-in de protestation. Ce sit-in sera suivi d’une grève d’avertissement de 48 heures. Les travailleurs du trésor, à travers cette série de mouvements de protestation, entendent obtenir des autorités la satisfaction de leurs revendications à savoir le rétablissement dans leurs fonctions de leurs deux collègues et  le respect des procédures en matière d’exécution des dépenses publics et la réinsertion des agents enlevés de leurs fonctions.

Ces deux mouvements, prévient le secrétaire général du SNATB, Richard Azandossessi, ne sont que le début de plusieurs autres mouvements qui iront crescendo si ces revendications des travailleurs ne sont pas satisfaites.