La Nouvelle Tribune

Agriculture : le ministre Koudandé parle des problèmes de la filière ananas

Espace membre

Au Bénin, l'agriculture n'a pas encore atteint son point culminant permettant au pays de valoriser ses potentialités. Et pour cause, plusieurs secteurs pourtant prometteurs ne connaissent pas le succès et le développement tant attendu.

Parmi ces filières, on peut citer principalement l'Ananas, l'anacarde et le palmier à huile. Pour le ministre Koudandé intervenant au micro de l'ORTB sur le sujet, les acteurs de la filière ananas ne maîtrisent pas encore le marché de la commercialisation notamment la livraison des stocks et la gestion des intrants venus de l'extérieur. Pour lui, pour faire fonctionner une filière, il faut que toute la chaîne soit maîtrisée par les acteurs: de la gestion des intrants, à la commercialisation en passant par la production. Il a mis l'accent sur la commercialisation qui doit être améliorée pour récupérer les fonds et payer les producteurs et les égreneurs. 

"Si le pain de sucre (variété d'ananas très prisée au Bénin) n'est pas très accepté, c'est parce qu'il y'a des normes qui ont été établies (à l'étranger) auxquelles ne répond pas le pain de sucre. Les européens qui arrivent ici et qui le mangent trouvent que c'est vraiment succulent comparé à ce qui est sur le marché européen." Avant d'ajouter qu'un travail doit être fait en local pour permettre l'exportation en cas de surproduction.

Concernant la première stratégie mise en place par le gouvernement de la rupture, le ministre affirme qu'il y'aura une organisation de la production en tenant compte des régions propices.