La Nouvelle Tribune

Réformes au Bénin : les propositions du Parti conscience citoyenne

Espace membre

Dans la perspective de la révison de la Constitution du 11 décembre 1990, le parti Conscience citoyenne de Moukaram Badarou apporte ses propositions à la commission chargée de proposer la nouvelle mouture. Ces propositions sont intitulées «Oser engager le Bénin»

Dans ses convictions, le Parti conscience citoyenne (Pcc) pense que la meilleure façon d’accompagner la démarche de révision de la Constitution du Bénin est d'apporter des propositions. Le parti estime qu’il faut contribuer à la réalisation de la révision à travers des contributions sur: le régime politique, le système partisan, la lutte contre l’impunité, la question de la constitutionnalisation de certaines autorités administratives indépendantes, le pouvoir exécutif, le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire. Le développement de ces points est fait sous forme écrit et intitulé «Oser engager le Bénin».

Entre autres, sur la question du régime politique, le Pcc pense qu’il urge de reconsidérer la forme du régime présidentiel béninois. «Notre régime présidentiel ne répond pas aux exigences de la séparation stricte des pouvoirs». C’est pourquoi dans la future Constitution, il est indispensable de retrouver le régime présidentiel à l’état pur, dans son essence. Concernant le système partisan, le parti propose d’initier par la loi, trois (03) grands partis politiques représentatifs à l’échelle du territoire national sur la base des options idéologiques libérale, socialiste et centriste; avec la possibilité d’existence des courants en terme de mouvements à l’interne de chacune de ces partis.

Lire Bénin : Propositions du PSD à la Commission Djogbénou

Il faut aussi financer les activités politiques et électorales de ces partis politiques à hauteur de 70% par l’Etat qui organise par la loi sur le statut des partis politiques, le fonctionnement; les 30% devront être financés par les activités du parti, les droits d’adhésion, les cotisations des élus du parti, les cotisations des membres et les dons divers. L’appartenance à la mouvance ou à l’opposition doit être obligatoire car, le paysage politique béninois actuel est très changeant et se métamorphose selon les rapports de force politique. De la lutte contre l’impunité, le Pcc propose l’allègement des conditions de l’immunité parlementaire, et celle de mise en examen des ministres et du Président de la République