La Nouvelle Tribune

Licenciements du personnel de la fonction publique : Lokossou met le gouvernement en garde

Espace membre

La Confédération des syndicats autonomes du Bénin (Csa-Bénin) a tenu hier, mercredi 25 mai, son 34ème conseil confédéral ordinaire. Cette rencontre statutaire tenue à la Bourse du travail à Cotonou, a été l’occasion le secrétaire général de la Csa-Bénin, Dieudonné Lokossou de mettre en garde le gouvernement sur d’éventuels licenciements d’agents de l’Etat.

La reddition de compte est à la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (Csa-Bénin) une tradition annuelle obligatoire instaurée depuis la création de l’organisation. Hier, mercredi 25 mai 2016, pour sacrifier à ce rituel, la Csa-Bénin a donc tenu son 34ème conseil confédéral ordinaire. Organe supérieur délibérant entre deux congrès, cette session ordinaire du conseil confédéral qui devra vérifier et approuver le rapport financier, exercice clos le 31 décembre 2015, et examiner puis adopter le budget prévisionnel au titre de l’année 2016 s’est tenue à la Bourse du travail à Cotonou.

Dans le discours qu’il a prononcé à l’ouverture des travaux de cette 34ème session ordinaire du conseil confédéral, le Secrétaire général, Dieudonné Lokossou, a évoqué les deux défis majeurs que devront relever les membres de la Csa-Bénin au cours de l’année 2016. A en croire le Sg Lokossou, il s’agit de la 3ème édition des élections professionnelles plusieurs fois programmées et reportées pour diverses raisons par le défunt régime et l’organisation du 6ème congrès statutaire de la Csa-Bénin. « Ce congrès, insiste le Sg Lokossou, doit impérativement avoir lieu dans le courant de cette année ». Car, explique Dieudonné Lokossou, « l’alternance syndicale est une vertu cardinale instaurée par les pères fondateurs de la Csa-Bénin que nous ne saurions remettre en cause par égoïsme ou par des subterfuges au risque de ternir notre image au sein de l’opinion publique ».

Mise en garde

Lors du conseil, le Sg Lokossou a jeté un regard rétrospectif sur les dix dernières années et fait constater que les travailleurs ont payé le lourd tribut, notamment en matière de privation et violation de libertés syndicales. Rappelant alors le rôle patriotique des responsables syndicaux dans l’avènement du régime du président Talon, le premier responsable de la Csa-Bénin relève cependant une certaine confusion dans le Nouveau départ. Cela, car « le train de la rupture, à peine atterri, est déjà pris d’assaut par la plupart des politiciens d’hier ».

Après ce regard rétrospectif, le Sg n’a nullement occulté les revendications des travailleurs des secteurs public, parapublic, privé et informel qui croupissent dans une misère crasse contenues dans le cahier de doléances déposé le 29 avril dernier à la ministre du Travail. Dieudonné Lokossou a appelé le gouvernement à vite les prendre en compte.

« Même s’il y a rupture, l’administration est une continuité et nous attendons en retour, la réaction du gouvernement », a déclaré le Sg Lokossou qui met en garde le nouveau régime qui affiche une volonté de réduire le train de vie de l’Etat, contre un quelconque licenciement dans l’administration. Une rumeur circule en effet à propos d’un possible dégraissement de l’administration publique.

« Je ne sais pas par quelle alchimie, il veut réduire le personnel de la fonction publique », a réagi le syndicaliste sur un ton menaçant.