La Nouvelle Tribune

Le réseau Social Watch Bénin expose ses attentes à la Commission Djogbénou

Espace membre

Le réseau Social Watch Bénin, dans son rôle d’éveilleur de conscience, s’est  rendu disponible à l’appel  de la commission chargée des réformes politiques et institutionnelles.

Reçu ce lundi 23 mai 2016 par ladite Commission, le réseau représenté par une forte délégation a soutenu les points d’attention contenus dans le document préalablement envoyé après discussion entre ses membres. A cet effet, Social Watch Bénin a invité la commission à réfléchir sérieusement sur trois considérations préalables : éviter de faire des réformes conjoncturelles qui ne tiendraient compte essentiellement que des dérives de gouvernance observées sous Boni  Yayi; éviter des réformes qui risquent à terme de fragiliser l'Etat ou dénatureraient totalement les options fondamentales de la Conférence Nationale (le caractère républicain, le régime présidentiel, l'option économique libérale, la sauvegarde des libertés fondamentales...) et pour finir éviter de constitutionnaliser le mandat unique et de revoir la durée du mandat présidentiel actuel (le mandat unique doit être perçu comme la volonté exclusive d'un candidat, à ne pas imposer à la Nation entière).

Gustave Assah, président du Conseil d’Administration de Social Watch Bénin, lors de sa présentation a beaucoup  insisté sur la troisième suggestion de la contribution du réseau. Il a souhaité entre autres que la prise en compte de la participation des femmes aux instances politiques et institutionnelles guide aussi l’esprit lors des travaux. L’idéal pour Social Watch Bénin serait de constitutionnaliser la parité. Mais à défaut le respect du quota de 30% doit être une règle intangible pour les postes nominatifs de la République ainsi que le respect de la parité comme critère de financement des partis politiques.

Faisant partie de la délégation, quelques membres du Partenariat National de l’Eau (Pne), ont abordé la prise en compte de l’institutionnalisation du droit à l’eau  lors de la rencontre. Il était important d’inviter à une bonne politique de gestion des ressources en eau au Bénin pour le développement du pays.

Le commissaire Michel Adjaka, interlocuteur de la délégation de Social Watch Bénin à la suite de la présentation du réseau, a au nom de la Commission cherché à mieux comprendre l’opinion de Social Watch Bénin sur le Conseil Economique et Social (Ces). Ainsi donc, le président de Social Watch Bénin en précisant le fond de sa présentation, a déclaré qu’il est important de faire une refonte de cette institution ou et de renforcer son rôle dans la République. Il s’agira de faire en sorte que les conseils ou recommandations du Ces soient pris en compte par le gouvernement. Le Ces pourrait veiller à la préservation de l’unité nationale, à l’élimination des pratiques régionalistes et ethnocentristes, à la prévention des crises institutionnelles, à la sauvegarde et à la promotion de nos valeurs de civilisation. Il attirera toutes les fois l’attention du gouvernement sur ces faits si cela se produisait. C’est une institution importante qui pourrait délibérer sur les lois à caractère économique et social votées par le Parlement avant leur promulgation par le Chef de l’Etat.

Le Président du réseau Social Watch Bénin a suggéré pour finir de points d'analyse et de comparaison sur le japon qui par exemple maintient l'immunité des députés et autres personnalités sur la période des sessions et à chaque fin de session s'ouvre une période de vulnérabilité avec la possibilité que les députés répondent de leurs actes devant la  Haute cour de justice qui était en voie de suppression si les reformes l'emportaient