La Nouvelle Tribune

Opérateurs économiques au Bénin : Lazare Séhouéto appelle au respect strict des normes

Espace membre

Le Ministre du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat a tenu, mercredi 4 mai 2016 à la salle de conférence dudit ministère, une rencontre avec les opérateurs économiques épinglés par les services compétents.

Il leur a intimé l’ordre de se conformer sans délai aux normes en vigueur. Soucieux d’améliorer la qualité de vie des populations, le ministre Lazare Sèhouéto a voulu être clair avec les opérateurs économiques indélicats. Epinglés par les services compétents du ministère du commerce en matière de contrôle de norme et de qualité, ces opérateurs économiques ont eu droit à une séance de vérité avec le Ministre du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat mercredi dernier.

«J’en appelle à votre sens de crédibilité pour qu’à partir d’aujourd’hui, les relations avec la loi deviennent des relations saines», a indiqué le ministre Sèhouéto avant d’ajouter «nous n’allons pas continuer de tolérer que le pays soit une poubelle. Prenez ceci comme un avertissement». Il a expliqué que «la situation est grave, et on ne peut continuer de mettre en danger la vie de nos concitoyens».

En effet, cette rencontre a révélé à l’opinion la face cachée de certains opérateurs économiques de mauvaise foi. Selon le ministre Lazare Sèhouéto, 80 % des boulangeries sont hors norme au Bénin, et les boulangers introduisent dans le pain des substances nuisibles à l’organisme. Le plus dangereux, selon le ministre, ce sont les fers à béton. Dans ce domaine, rares sont les entreprises qui remplissent les critères.

Lire Lettre de suspension : Les explications imagées du ministre Lazare Sèhouéto

«Le ministère du Commerce est un ministère d’accompagnement», a martelé Lazare Sèhouéto, avant de poursuivre : «A partir d’aujourd’hui, chaque fer à béton qui ne remplit pas les normes sera saisi et détruit. Tolérance zéro pour les importateurs qui ne vont pas remplir les normes ».

Les fabricants de jus de fruit n’ont pas été épargnés par le contrôle. Le ministre s’est montré ferme à l’endroit de ceux qui vont désormais violer la loi. Certains opérateurs économiques ont pris la parole pour demander un moratoire, que le ministre Sèhouéto a rejeté.