La Nouvelle Tribune

Bénin : Jacques Yempabou interdit désormais d’accès au Parlement ?

Espace membre

(Son sort dans les mains de la commission des lois) Depuis qu’il s’est présenté illégalement à l’hémicycle lors de la dernière séance plénière, le député Jacques Yempabou aurait reçu des injonctions fermes lui interdisant désormais l’accès au Parlement en attendant le verdict des membres de la commission des lois de l’Assemblée nationale. 

Le député Jacques Yempabou soufflerait depuis quelques jours le chaud et le froid à l’Assemblée nationale. Lors de la séance plénière au palais des gouverneurs, il a fait son apparition après une très longue absence, autrement dit à la suite de la première décision de la Cour Constitutionnelle invalidant d’office son siège à l’Assemblée nationale.

Mais son apparition à l’hémicycle malgré la décision de la Cour Constitutionnelle n'a pas été du goût de tout le monde. Ce qui a suscité en son temps une vague de polémiques aussi bien dans le rang des honorables députés de la 7è législature que dans les médias. Sa présence à l’hémicycle aurait fait objet d’une manipulation en l’absence du président Adrien Houngbédji qui, on se rappelle, lors de son premier discours d’installation, a déclaré que sa mandature sera une mandature de « dictature des textes ».

Lire Bénin : Le dossier de Jacques Yempabou toujours en souffrance à l’Assemblée

Heureusement que des voix se sont élevées pour mettre en garde contre de tels comportements qui frisent un manque de respect de l’autorité parlementaire et une violation flagrante de la Constitution béninoise. Aux dernières nouvelles, le député Jacques Yempabou en question serait interdit provisoirement d’accès au Parlement en attendant le rapport de la commission des lois, de l’administration et des droits de l’homme sur l’invalidation de son siège au Parlement. L’article 48.2 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale dispose « Aucune affaire ne peut être soumise aux délibérations de l’Assemblée nationale sans avoir, au préalable fait l’objet d’un rapport écrit (ou verbal en cas de discussion immédiate) de la commission compétente au fond ».

On se rappelle que la commission des lois avait déjà examiné le dossier le 14 avril 2016 dernier à l’Assemblée nationale. N’eut été les difficultés qu’enregistrent présentement cette commission des lois, la procédure aurait été déjà bouclée et le dossier introduit en plénière pour son examen et son adoption. Autrement dit, dans les jours à venir, ce dossier sera bouclé et le suppléant de Jacques Yempabou pourrait retrouver son siège au Parlement