La Nouvelle Tribune

Bénin : Adidjatou Mathys décide d’une urgente reconstruction de l’Anpe

Espace membre

(Elle annonce ses grands axes pour renforcer le Fnm) Le ministre du Travail, de la Fonction Publique et des Affaires Sociales Adidjatou Mathys a consacré l’après-midi de la journée d’hier, mercredi 27 avril 2016, à une visite à l’Anpe puis au Fnm.

Au cours de ses séances d’échanges avec le personnel de chacune de ces structures, elle a fait part de sa vision voire ses décisions pour chacune de ces institutions qu’elle veut réellement au service du peuple béninois.

«Je note que l’Agence se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins avec des difficultés réelles qui la minent et qui risquent si on n’y prend garde, d’hypothéquer son avenir».

C’est l’appréciation du ministre du travail, de la fonction publique et des affaires sociales Adidjatou Mathys sur l’état de l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi (Anpe) d’après les informations à elle parvenues ajoutées à celles dont lui a fait part le personnel mercredi 27 avril 2016 à l’occasion de sa visite à la Direction générale de l’agence à Ginkomey puis à l’antenne du littoral à Gbèdjromèdé à Cotonou. Laquelle visite a été pour le personnel un acte d’assurance à propos des inquiétudes qu’ils avaient sur le sort de leur structure, d’après les trois représentants des divers syndicats de la maison. Ces derniers ont exposé quelques unes de leurs difficultés.

Elles sont liées entre autres, à la gestion des ressources humaines, matérielles et financières. Au-delà, le ministre évoque le manque de cohésion au sein du personnel avec trois syndicats pour un effectif de 104 agents, l’absence de plan de carrière et de plan de formation. Adidjatou Mathys déplore qu’après douze années d’existence avec un budget annuelle de trois milliards, cette agence n’ait pas d’outils élémentaires tels que le manuel de procédure actualisé, un organigramme fonctionnel, des fiches de postes ou d’instruments de planification stratégiques.

Dans ces conditions, elle a annoncé à la Direction et au personnel en général, la suspension dès ce mercredi de la mise en oeuvre du programme d’appui à l’emploi salarié (Paes) 2016 en attendant la clarification d’un certain nombre de situations qu’elle juge assez préoccupantes. Aussi, a-t-elle ajouté qu’il sera question de travailler à relever quatre défis majeurs qui sont, rendre l’institution performante, assurer une gestion efficiente des ressources mise à la disposition de l’agence, améliorer la visibilité et la lisibilité de l’agence et se donner les moyens d’aller plus loin grâce à l’inclusion et à la mobilisation de tous les partenariats nécessaires. Et pour y arriver, elle invite le personnel de l’Anpe à se reprendre plus tôt pour de nouvelles réformes. Et ce, dans l’urgence. L’Anpe étant un outil de promotion de l’emploi auquel le nouveau régime accorde une place de choix au profit de la lutte contre le chômage et la pauvreté, à l’en croire.

Pour plus de performance au Fnm

Après l’Anpe, la ministre Mathys a mis le cap sur le Fonds national de la microfinance (Fnm). Là, l’autorité a félicité le personnel pour les performances atteintes et l’a exhorté à travailler davantage dans la transparence et avec plus d’engagement pour parvenir à des résultats plus élogieux. Toutefois, elle a rapporté certains critiques qui selon elle, ne crédibilisent pas l’institution. Entre autres, la mise à disposition massive de fonds à des Sfd qui n’ont pas encore fini de remplir les formalités d’agrément ou qui affichent de mauvaises performances en termes de remboursement; la sélection discriminatoire d’experts comptables chargés de faire le contrôle des Sfd; l’attribution des marchés pas toujours orthodoxe et le renouvellement précipité des contrats de travail à des agents dont les contrats actuels ne sont pas encore à terme.

Egalement, le ministre a exposé les axes sur lesquels elle souhaite que l’institution travaille au cours des prochaines années. Il s’agit du renouvellement des bureaux des réseaux de bénéficiaires du microcrédit aux plus pauvres (Mcpp) sur l’ensemble du territoire d’une façon démocratique et transparente; de la consolidation et du développement des nouveaux produits du Fnm; de l’amélioration des relations entre le Fnm et la direction de la promotion de la micro-finance ; de l’amélioration du ciblage des bénéficiaires du Mcpp. Il s’agira aussi, ajoute l’autorité, de s’intéresser à la situation des crédits impayés qui s’élèvent à plusieurs milliards; l’examen des relations entre le Fnm et les structures qui ne sont pas agréées; la synergie avec les fonds de micro crédit et notamment la synergie à avoir avec le Fond National pour la Promotion de l’emploi et de l’entreprenariat des jeunes (Fnpeej); l’examen minutieux des concours bancaires.