La Nouvelle Tribune

Bénin : Ayadji pense que Talon doit des excuses au peuple

Espace membre

Les déclarations du chef de l’Etat béninois à Paris, au terme de son entretien avec son homologue français sont graves. C’est en tout cas l’avis du syndicaliste Jacques Ayadji et haut cadre du ministère des transports et des travaux publics.

Dans une interview exclusive accordée à une équipe de la Rédaction ce mercredi, le Secrétaire général du Syndicat des travailleurs de l’administration des transports et des travaux publics a fermement condamné les propos du président à Paris.

Lire Bénin : Les grosses bourdes de Patrice Talon à l’Elysée

« C’est des propos suffisamment graves », a jugé le Sg Ayadji. « Je ne sais pas ce que le chef de l’Etat met dans le mot désert, mais je me sens humilié en tant que cadre du Bénin », a indiqué le syndicaliste qui estime que, même si on a des reproches à faire à l’élite béninoise, ce ne sont pas des reproches de compétences.

C’est vrai que ces dix dernières années, l’on a fait la promotion de la médiocrité en positionnant mal les gens, a admis Jacques Ayadji, expliquant que cela peut laisser croire de l’Extérieur qu’il y a un problème de compétence.

« Je peux être d’accord avec le chef de l’Etat s’il dit qu’il n’y a pas beaucoup de patriotes mais de compétents, je dis non », a-t-il catégoriquement réfuté la thèse de l’incompétence des cadres.

Pour lui, ces déclarations du numéro 1 des Béninois n’est pas de nature à aider les cadres dans la promotion au  niveau international.

« Le chef de l’Etat discrédite les cadres béninois et les met en difficultés pour postuler à des postes à l’international », a fait remarquer le syndical très convaincu de ce que le chef de l’Etat s’est « trompé ». « Je pense que c’est une bourde », a assuré Jacques Ayadji qui pense que le président de la République doit s’excuser d’autant qu’il a choqué de nombreux intellectuels notamment les ministres Koupaki, Bio Tchané et autres qui « ne doivent pas être fiers » de cette déclaration.