La Nouvelle Tribune

Adrien Houngbédji salue la maturité de la démocratie béninoise

Espace membre

En attendant les travaux parlementaires proprement dits, la cérémonie solennelle d’ouverture de la première session ordinaire de l’année 2016 peut désormais se conjuguer au passé. C’est le président Adrien Houngbédji qui a dirigé la cérémonie en présence d’un parterre de personnalités aussi bien civiles que militaires.

Le président de l’Assemblée nationale, Adrien Houngbédji, a prononcé un discours comme de tradition à chaque rentrée parlementaire, mais qui tient compte du contexte politique actuel dans le pays. Selon lui, c’est une première session ordinaire qui s’ouvre dans un contexte de grands défis pour les élus du peuple. En effet, à en croire les propos du président Adrien Houngbédji, cette première session ordinaire de l’année 2016 s’ouvre à un moment important de la vie démocratique de notre pays.

« Déjouant les pronostics les plus pessimistes, le Bénin vient de relever un grand défi, celui de réaliser, dans le respect du délai constitutionnel, la quatrième alternance à la tête de l’État au terme d’une élection ouverte, libre, transparente, crédible et pacifique, aux résultats non contestés, et ce, de l’avis même de tous les observateurs nationaux et étrangers » a déclaré Me Adrien Houngbédji.

Il n’a pas manqué de féliciter publiquement les principaux artisans de cet événement majeur. En premier lieu le peuple béninois souverain, les institutions de la République, notamment la Cena, La Cour constitutionnelle, la Haac. Selon le président Adrien Houngbédji, l’institution qu’il préside n’est pas restée en marge non plus à travers les instruments juridiques mis en place dans ce cadre.

« L’Assemblée Nationale a donc joué une remarquable partition dans le succès de l’élection présidentielle de mars 2016.Il importe de le relever » a martelé le président Houngbédji.

Après avoir félicité publiquement le président Patrice Talon pour sa brillante élection, Adrien Houngbédji a rappelé les défis qui attendent l’institution parlementaire et également des lois et propositions de lois sans oublier des autorisations de ratification d’accords de crédit qui permettront de donner au gouvernement les moyens financiers indispensables à la réalisation de ses objectifs prioritaires. Un discours largement apprécié par ses collègues députés au terme de la cérémonie