La Nouvelle Tribune

Nominations

se connecter
se connecter

Cette manière de faire, participe à la mauvaise gouvernance que Yayi prétendait combattre en 2006. Il est temps que des mesures soient prises pour limiter le pouvoir du chef de l’Etat à prononcer des nominations. La révision de la Constitution devrait tenir compte de cette réalité.

Jules Yaovi Maoussi