La Nouvelle Tribune

Bénin : l’improbable tête-à-tête entre Yayi et Talon a finalement lieu

Espace membre

 Elle a finalement lieu. Incertaine, la rencontre à huis clos entre Thomas Boni Yayi, le président sortant et Patrice Guillaume Athanase Talon, le président élu dont le mandat court depuis 00 heure ce 6 avril 2016 a finalement lieu.

 En effet, les deux présidents entrant et sortant sont arrivés depuis quelques minutes au palais de la Marina, présidence de la république. Le président Boni Yayi, très enthousiaste en dépit des différends entre lui et son successeur, a franchi le portail de la Marina  deux minutes après huit heures. A sa descente de son véhicule, le président Boni Yayi n’a pas été accueilli par le président Patrice Talon mais plutôt par ses ministres, ses anciens collaborateurs et quelques députés.  le président Talon devrait, suivant le protocole, être présent à la Marina à huit heures trente minutes. Mais jusqu’à huit heures quarante, le nouveau numéro 1 des Béninois n’était pas présent. Vers huit heures quarante cinq minutes,  alors que tout le monde se demandait si le président Talon arriverait, le nouveau président est finalement arrivé.

Les images du tête-à-tête inédit entre Yayi et Talon 

Et après quelques accolades devant les caméras et appareils photographiques, les deux hommes se sont engouffrés dans une salle où se déroule actuellement l’improbable tête-à-tête. Il faut souligner que la rencontre devrait durer une quinzaine de minutes. Après Mathieu Kérékou et Boni Yayi en 2006, c’est entre Patrice Talon et Boni Yayi en 2016 qu’un tête-à-tête a lieu ce mercredi 6 avril, jour de passation de charges entre président sortant et entrant. Ceci, est le deuxième tête-à-tête dans l’histoire du renouveau démocratique du Bénin. Longtemps objet d’incertitude, le tête-à-tête entre Talon et Yayi est une réalité. Il faut rappeler qu’en 1996, il n'y a pas eu un tête-à-tête entre le président  Nicéphore Soglo et Mathieu Kérékou du fait que le président sortant d’alors avait contesté les résultats du scrutin présidentiel. Grâce à ce deuxième tête-à-tête, l’on peut dire que la tradition de geste prend corps.