La Nouvelle Tribune

Commune de Sèmè-Podji

Espace membre

FCBEPrès de 20 millions pour installer Mathias Gbèdan
Près de 20 millions sont prévus pour procéder demain matin à l’installation du maire de Sèmè-Podji, Mathias Gbèdan, a-t-on appris de sources proches du comité d’organisation. C’est un budget élaboré par les cauris pour organiser une fête particulière.
La cérémonie comporte plusieurs volets. A cet effet, il y a la restauration qui a pris plus de la moitié du montant alloué aux manifestations. Une forte somme est réservée pour les installations sonores et autres matériels logistiques. Pour plus loin dans les détails, l’habillement des militants-Fcbe (Forces cauris pour un Bénin émergent) est greffé dans ce budget. Des artistes sont aussi invités pour célébrer la victoire. Il est retenu d’autres dépenses pour faire de l’installation de M. Gbèdan une fête exceptionnelle.

Dérive politico-financière
Cette information tombe à un moment où les populations de Sèmè-Podji crient à la dilapidation des ressources de leur localité, ces cinq dernières années. Ceci a fait l’objet des critiques et soulèvements tout le temps de la part de la génération consciente et des partisans du chef de l’Etat pendant la campagne électorale. A cet effet, ils avaient traité Gbèdan de tous les noms. Cela leur a permis de créer des problèmes au Parti du renouveau démocratique (Prd) en son temps. Lors des tractations, ils ont ramené leur principal adversaire aux affaires. Pour une simple cérémonie d’installation, on décaisse des millions. Est-ce déjà la reprise du gaspillage des ressources de Sèmè-Podji ?

 D’une manière ou d’une autre, il y a une anomalie dans les faits. Voilà quelqu’un qui est élu dans des conditions tumultueuses. Paradoxalement, c’est pour son investiture que l’on prend une telle somme dans le compte de la mairie. Ne peut-on pas utiliser cet argent à d’autres fins, qu’on sait Sèmè-Podji manque de moyens pour assurer  son développement ? Ce qui donne raison à ceux-là qui pensent mal de lui. Routes, écoles, centres de loisirs, emplois des jeunes et autres problèmes de sous-développement se multiplient dans la zone.
{mosgoogle}
Or aujourd’hui, il faut réfléchir sur l’avenir de cette commune. Il y a les carrières, parcs de vente des véhicules d’occasion et autres qui constituent une source de richesses qui pourrait permettre de sortir cette partie du pays des sentiers battus. Hélas ! Ce n’est pas cela la préoccupation des cauris.  C’est la preuve que les populations ont encore de longues années devant elles pour avoir le maire de leur rêve. 

Y.M