La Nouvelle Tribune

Bénin : Me Djogbénou décline les priorités et mesures d’urgence du gouvernement Talon

Espace membre

Quelles seront la marque de fabrique et le style de gouvernance du nouveau président élu, Patrice Talon pour relancer l’économie du pays dans un bref délai sans oublier les réformes politiques et institutionnelles annoncées ? Me Joseph Djogbénou, invité du « Grand rendez-vous » de Soleil Fm ce dimanche 27 mars,  expose ce qu’entend faire le premier gouvernement de la « Rupture » pour impulser un nouveau souffle au pays.

Un « Nouveau Départ ». C’est ce qu’a promis le candidat Talon avant son élection à la tête du Bénin lors du second tour du scrutin présidentiel, le 20 mars dernier. Toujours engagé dans cette dynamique, le président Patrice Talon veut joindre l’acte à la parole. C’est dans cette perspective que son plus proche collaborateur et avocat, Me Joseph Djogbénou a levé, ce dimanche 27 mars dans l’émission le « Grand rendez-vous » de Soleil Fm, un coin de voile sur les priorités, mesures d’urgence , approches et politique du premier gouvernement afin de résorber au plus vite possible, les problèmes auxquels le pays est confronté.

Mesures d’urgence

Elles sont multiples et multiformes. L’éducation, la santé et l’économie interne sont en tête d’affiche. Pour Me Djogbénou, le gouvernement s’attèlera à renforcer le partenariat public-privé afin de permettre aux opérateurs économiques de faire face à leurs obligations et de pouvoir recruter. Dans un second temps, le professeur de droit privé à l’université d’Abomey-Calavi a expliqué que le gouvernement Talon entend mettre un accent particulier sur l’agriculture et l’artisanat. « Ces deux secteurs sont les plus pratiqués. Mieux, ce sont les plus rentables. Nous allons rapidement nous-y engager », a-t-il laissé entendre. Pour l’avocat, la question de la dette intérieure reste une priorité du gouvernement Talon. Mais Joseph Djogbénou assure que tous les moyens seront mobilisés pour en découdre avec cela.

Priorités

Elles sont essentiellement au nombre de trois. Le levier de l’économie, une équipe gouvernementale de « combat » et enfin l’entame du processus devant conduire à la révision de la Constitution. Concernant le levier de l’économie, le député de la 16è circonscription électorale a fait comprendre qu’il s’agira non seulement de la relance du secteur privé (cité plus haut), mais également de la résolution des problèmes sociaux. Pour ce faire, Me Joseph Djogbénou informe que le premier gouvernement du président Talon sera considérablement serré. « Il n’y aura pas de gouvernement de complaisance ni de remerciement », a-t-il déclaré. Abordant la question de révision de la Constitution, le président de la commission des Lois de l’Assemblée nationale, 7è législature s’est voulu rassurant : « Nous tenons à faire cette réforme. Nous allons mesurer et apprécier la majorité à l’Assemblée nationale. Mais je vous assure que nous aurons la majorité car tout le monde est conscient et convaincu de la nécessité du toilettage de notre Loi fondamentale ». Puis, il paraphrase : « Les réformes sont comme les fenêtres. Elles permettront à l’air d’entrer facilement dans notre chambre (pays, Ndlr) ». Enfin, Me Djogbénou déclare : « Nous avons besoin de réformes politiques pour donner plus de sens à notre démocratie ». Mais d’ores et déjà, l’avocat ne voit aucun point d’ombre qui puisse empêcher l’aboutissement de cette réforme car selon lui : « la méthode de Talon pour aller plus vite est : concerter et décider ».

Critères de gouvernance

La compétence et la rupture avec les mauvaises pratiques. Ce sont là, les deux mots clés du style de gouvernance que veut imprimer le gouvernement Talon. Pour Me Joseph Djogbénou, la rupture est le terreau de l’espoir, interrompre puis briser les mauvaises pratiques. C’est ainsi que lors de son émission radio dimanche dernier, l’avocat a expliqué que le style de gouvernance de Patrice Talon sera essentiellement basé sur la compétence. Il affirme : « Le monde se construit avec ce qu’on veut faire. Il ne faut donc pas agir avant de réfléchir ». Proche collaborateur et « ami » intime du nouveau président élu, le député de la 16è circonscription électorale confie qu’il n’y aura plus d’affiches du président dans les rues, ni un populisme avéré. Selon Me Djogbénou, le président Talon va incarner une gouvernance exemplaire.

Politique

Le rassemblement. C’est le mot qu’il convient de retenir en ce qui concerne la stratégie politique du nouveau président élu. C’est du moins, ce qu’on peut dire selon les propos du président de la commission des Lois de l’Assemblée nationale, 7è législature, lors de son passage dans l’émission le « Grand rendez-vous » de Soleil Fm, dimanche dernier. « Nous avons raison que tous les partis  se rallient à nous. Cela prouve que nous avons le meilleur programme », a laissé entendre Me Djogbénou avant d’ajouter : « Talon est dans la posture d’un rassembleur. Que tous les citoyens adhèrent à son projet de développement ». Dans le même temps, l’avocat fait une nuance : « Les ralliements qui se font ne sont pas à un homme (Patrice Talon, Ndlr) mais à un projet. Il faut que les uns et autres gardent cela en tête ». Dans la logique de véritablement rompre avec les mauvaises pratiques politiques, le professeur de droit privé à l’Université d’Abomey-Calavi prévient : « Le président Talon n’a pas besoin des personnes qui se déclament ‘’fou du roi’’. Il a besoin des personnes qui auront le courage de lui dire ce qui ne va pas »