La Nouvelle Tribune

Bénin : Yayi n’a jamais perçu de salaire comme président de la république

Espace membre

Boni Yayi percevait-il ou pas un salaire en qualité de président de la république du Bénin, poste qu’il a occupé pendant ces dix dernières années ? Cette polémique est désormais du passé. Ce dimanche 27 mars 2016, dévoilant le patrimoine du président de la république, le Secrétaire général du gouvernement, Allassani Tigri, a en effet levé un coin de voile sur les émoluments du président Boni Yayi.

Selon le point fait par le Sgg Tigri, pendant la décennie qu’il a occupé la plus haute fonction au Bénin, le président Boni Yayi « n'a pas bénéficié de salaire, encore moins d'indemnités de logement, de téléphone, de carburant, d'électricité, de frais de mission, de prise en charge sanitaire ou de véhicule de fonction ». A en croire le Secrétaire général du gouvernement, c’est seulement l’année dernière que le chef de l’Etat a accepté avoir un véhicule de marque Peugeot comme moyen roulant au titre de sa fonction de président de la République, sinon depuis lors, il se déplaçait dans des véhicules lui appartenant. Durant les dix ans de gestion du pouvoir d’Etat, selon Allassani Tigri, la seule chose dont a bénéficié le président Boni Yayi qui devra céder dans les tout prochains jours son fauteuil de président à son ancien ami, Patrice Talon, c’est un fonds secret de sécurité et de représentativité. Ce fonds, de 2006 à 2015, était doté de 150 millions FCFA et depuis l’année dernière, la dotation est passée à 250 millions FCFA par trimestre.

Ces informations sur les émoluments du président Boni Yayi ne sont pas vraiment des nouvelles informations. On se rappelle qu’en 2012, fort de la crise de l’école, l’ancienne ministre des Finances, Adidjatou Mathys les avait déjà révélées. Mais son débarquement du gouvernement quelques jours seulement après cette révélation, avait remis en cause ces informations. Son départ inattendu du gouvernement avait à l’époque été analysé comme une désapprobation par le chef de l’Etat du geste de son ministre.