La Nouvelle Tribune

Bénin : Les recommandations des Osc pour l’après présidentielle 2016

Espace membre

Au terme du second tour du scrutin présidentiel qui tire à sa fin sans casse, la Plateforme électorale des Osc du Bénin a formulé des recommandations aux organes en charge de l’organisation des scrutins et aux différents acteurs qui s’y impliquent de diverses manières.

Pas question de baisser les bras après la Présidentielle qui tire bien à sa fin au Bénin. Après avoir exprimé sa satisfaction sur le bon déroulement de l’élection, la Plateforme électorale des Osc qui a veillé à l’observation du scrutin avec 3350 observateurs déployés sur tout le territoire nationale  a ce lundi, fait des observations pour l’après présidentielle 2016. « La Plateforme  note que ce scrutin du 20 mars 2016 s’est déroulé dans de bonnes conditions. Les dysfonctionnements et les incidents constatés n’ont pas entaché la sincérité du scrutin. La Plateforme tient cependant  à souligner que des défis restent à relever » a déclaré me Reine Alapini Gansou porte-parole de la Plateforme ayant lu à la presse la déclaration préliminaire sur le scrutin. Dans cette optique, elle formule des recommandations aux organes en charge de l’organisation des scrutins et aux différents acteurs qui s’y impliquent de diverses manières.

Les recommandations

En premier lieu c’est à l’Assemblée nationale et au Gouvernement  que s’adresse la Plateforme des Osc du Bénin. Elle leur demande « l’évaluation de la pertinence de la reforme relative à l’introduction du représentant de la minorité et de la majorité parlementaires dans les postes de vote. La suppression du bicéphalisme qui caractérise l’organisation des élections au Bénin. La fixation du délai légal de campagne pour le compte du second tour et la garantie du secret du vote de l’électeur, en dépit de la prévention de la fraude ». Après l’exécutif et le législatif les recommandations vont à l’endroit du judiciaire notamment, la Chambre des comptes de la Cour Suprême à qui elle demande  de «  veiller sur la vérification des comptes de campagne conformément aux dispositions du code électoral ». A la Cena, principal organe à qui revient l’organisation du scrutin et la publication des grandes tendances avant la proclamation des résultats par la Cour Constitutionnelle les recommandations sont au nombre de six. « Renforcer à temps les capacités techniques et opérationnelles des agents électoraux et leur mise à disposition conformément au code électoral. Insister auprès des agents électoraux sur le respect strict de l’heure d’ouverture des postes de vote. Poursuivre les efforts déjà entrepris dans la mise à disposition à temps de tous les moyens techniques et opérationnels nécessaires à la bonne tenue du scrutin. De maintenir la diligence dans la proclamation des grandes tendances. De trouver les moyens de sécuriser et de fiabiliser l’utilisation des procurations. Renforcer la bonne collaboration avec la société civile » sont les  recommandations de la Plateforme à l’organe que dirige Emmanuel Tiando. Les candidats ne sont pas du reste. Ils sont appelés à « inscrire toute contestation éventuelle dans le strict respect de la loi et de manière pacifique, s’abstenir de faire toute déclaration susceptible de porter atteinte à la paix, à l’ordre public et à l’unité nationale ». Acteurs de taille, les leaders d’opinion et  la société civile ont quant à eux, à « continuer leur travail de sensibilisation des populations au calme, à l’esprit civique et à la responsabilité ». De  même la presse  est priée de « garder son rôle d’informateur ». Les citoyens qui ont fait montre d’un esprit pacifique sont encouragés à « éviter et  rejeter toutes formes de violence,  maintenir et  renforcer la veille citoyenne ». Quant à elle-même,

« La Plateforme, s’engage à continuer à œuvrer à la promotion et à la tenue d’élections apaisées, crédibles et équitables pour le renforcement d’une démocratie durable au Bénin »