La Nouvelle Tribune

Abomey : procès de Zinsou à Goho face à Gbêhanzin

Espace membre

Pratiquement pas d’électeurs favorables à Lionel Zinsou dans la ville historique d’Abomey. A la place Goho où se trouve l’impressionnante statue du vénéré roi Gbêhanzin les débats autour de sa candidature ne lui sont pas favorable.

Dans le vaste jardin public, sous les regards du puissant roi en position contre la pénétration française sur son sol, les citoyens de la ville historique d’Abomey commentent la candidature de Lionel Zinsou. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que cette candidature du franco-béninois est rejetée d’emblée. « Notre père, notre ancêtre, regardez-le, Dada Gbêhanzin a déjà refusé. Il a littéralement interdit qu’on ramène un blanc sur sa terre » a vigoureusement rejeté dame Odette Azomagnin, proche de la quarantaine discutant avec d’autres proches face au grand roi de Danxomè. Christophe Aguété la soixantaine, un vieux cultivateur passant près de la statue comme s’il s’était concerté avec dame Odette Azomagnin déclare, montrant du doigt Gbêhanzin, « Cet homme que vous voyez, c’est notre père et il a déjà refusé de traiter avec les Blancs. Allons-nous, nous qui sommes ses arrières petits descendants enfreindre à cela ? Qui l’oserait, le ferait à ses risques et périls. Je m’en tiens à ce que Gbêhanzin a ordonné, refusé ». C’est clair, pour ces deux citoyens, Lionel Zinsou est un Blanc. Difficile de leur faire croire le contraire quand un instituteur comme Sègnon, le dit aussi. «Je ne veux pas de Zinsou parce que cet homme nous a insultés en disant que l’Afrique appartient à l’Europe. Vouloir nous diriger après avoir dit ça, il y a anguille sous roche. Et puis, qu’il vous souvienne que Gbêhanzin a déjà refusé ça » a-t-il déclaré.

Du trône de Gbêhanzin

Que ces citoyens d’Abomey rejettent avec autant d’énergie le métisse franco-béninois qui racheté le trône de Gbêhanzin ramené au Bénin comme l’a reconnu l’écrivain Olympe Bhêly-Quenum, cela paraît paradoxal. C’est à croire qu’ils l’ignorent. Et non. « Tout est possible. Ce trône dont on parle, qui peut attester que c’est réellement le trône de Gbêhanzin ? Qui a vu Gbêhanzin assis sur ce fameux trône pour pouvoir attester que c’est le même ? Ça n’est pas le trône de Gbêhanzin. Que personne   ne nous trompe ici.» conteste l’instituteur Sègnon A. qui ajoute « Soyons éveillés ». Moins anti-Zinsou, un autre citoyen ayant requis l’anonymat lui reproche de s’être présenté sous coupole du régime décrié de Boni Yayi. «  Moi je n’en disconviens pas. Zinsou est un Béninois comme moi. Mais est-ce qu’il connaît le pays ? Et le régime qui l’a amené, c’est ce régime que nous rejetons. Yayi Boni a fait ses 10 ans il n’a qu’à partir tranquillement et laisser les Béninois faire leur choix. Ce n’est pas à lui de nous imposer son choix. Il –Yayi Boni- est un citoyen comme moi et nous avons tous les droits » a dit celui-ci.   C’est dire que dimanche prochain, le candidat Lionel Zinsou risque de mordre la poussière à Abomey. Wait and see diraient les Anglais !