La Nouvelle Tribune

Présidentielle au Bénin: les graves accusations de Rodriguez contre Talon

Espace membre

Un autre magnat du coton entre dans le débat sur la présidentielle. Pas pour soutenir un candidat mais pour freiner l’élan de l’un. Venu précipitamment de New- York, Martin Rodriguez a, dans une conférence de presse animée hier, tiré à boulets rouges sur Patrice Talon.

Martin Rodriguez, Kessilé Tchalla, Ernest Adjovi, Sylvain Kuassi, tels sont les quatre conférenciers de la soirée d’hier au Bénin Marina hôtel. Tous ont le même refrain : «  pas de Talon à la tête du pays à partir du 06 Avril prochain ». En conférencier principal, Martin Rodriguez a fait un long procès à Patrice Talon pour lequel il a une aversion inextinguible. Son discours a de quoi refroidir les ardeurs des talonistes un peu trop euphoriques ces jours-ci. Et pour cause, les révélations sur les pratiques malsaines de Talon font froid dans le dos. Même s’il n’y a rien d’exclusif et d’inédit dans la mesure où les mêmes révélations ont été faites une fois déjà dans une interview accordée à Africa N° 1 en septembre 2015 et sur canal3 aussi.  en 2015. Ainsi, il reviendra sur l’affaire des 200 milliards qu’il accuse Talon de voler.  « En 2001, le président Kérékou avait fait venir un cabinet d'audit, et on recensé 200 milliards de pillage à la Sonapra par Patrice Talon. J’ai les pièces comptables qui montrent comment on a saigné la Sonapra. Lorsqu'on a voulu arrêter Patrice Talon en 2001 il a escaladé le mur et est allé se mettre en France en exil pendant 6 mois. Ce dossier n'a jamais fait l'objet d'un débat public », révèle M. Rodriguez. Et ce n’est pas tout. Il expose comment Talon a assis son hégémonie sur la filière coton.  Sur les quinze usines qu’il possède, Talon s’est frauduleusement accaparé de dix. Il a mis en place un système de vol et de pillage qui lui a permis de bouffer aussi les subventions qui s’évaluent à près de 100 milliards. Il avertit sur les pratiques dangereuses de l’homme d’affaires qui travaille toujours pour liquider ses concurrents. « Que fera-t-il s’il a le pouvoir présidentiel ? ».

« Depuis 2006 c’est Talon qui a dirigé le Bénin »

Il n’a pas manqué de parler de son extrême implication dans le jeu politique. Pour lui, Talon  c’est Talon qui a  pris en otage le Bénin depuis 2006. « Yayi n’a jamais gouverné depuis 2006. C’est plutôt Talon qui a dirigé. C’est lui qui nous a vend le changement en 2006 », raconte Rodriguez qui ajoute que Talon dictait tout à Yayi et c’est quand il a décidé de s’affranchir que la brouille a commencé entre eux. La preuve, précise-t-il, tous les ministres étaient nommés par Talon c’est pourquoi dix-sept parmi eux lui ont fait allégeance pour le second tour.

Il demande aux Béninois de prendre leurs responsabilités devant l’histoire en faisant un choix plus responsable qui  est celui de Lionel Zinsou. « Si vous lui donnez le Bénin, vous allez regretter », a-t-il averti. Il dit qu’il a pris de gros risques  en venant faire cette déclaration. « Je suis venu affronter le danger. Je préfère mourir les armes à la main que de vivre à genou », a-t-il déclaré.