La Nouvelle Tribune

Installation du conseil communal de Sèmè-Podji

Espace membre

Gbèdan réélu maire contre vents et marées (La dérive du préfet Houessou) Le conseil communal de Sèmè-Podji est installé hier. C’est le maire sortant, Mathias Gbèdan, qui a été réélu pour le compte des Fcbe. Les élections se sont déroulées sous haute surveillance policière.


Ce qui a permis au préfet des départements de l’Ouémé et du Plateau, François Houessou, de jouer au superman contre les journalistes.

Le transfuge du Parti du renouveau démocratique (Prd), Mathias Gbèdan, est réélu maire de la commune de Sèmè-Podji hier. Il a bénéficié du soutien des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), après plusieurs tractations. Deux camps diamétralement opposés se sont affrontés. Il y avait d’un côté les Fcbe et le conseiller Prd séquestré, Roger Houssou, et de l’autre côté,  les 09 élus du Prd, 01 du Groupe des indépendants de Sèmè-Podji (Gisp) et les 02 de la liste-Alléluia. Lors de l’élection du maire, deux candidats se sont positionnés. Il s’agissait de Mathias Gbèdan des cauris et Jonas Gbénamèto de Alléluia soutenu par le Prd et le Gisp. Aux décomptes, le maire sortant a obtenu 13 voix contre 12 pour son challenger. C’est par le même score que Bérénice Koukoui et Cosme Agbodjèté des Fcbe sont élus respectivement premier et deuxième adjoints au maire contre Charlemagne Hounfo et Omer Avala du Prd.

La même configuration politique est respectée presque pour l’élection des chefs d’arrondissement (Ca). Ainsi, Roger Houssou, Aristide Hounkpatin, Léopold Médégnonwa, Alfred Tohétonmè et Elie Dossou, tous issus des cauris, dirigent respectivement Agblangandan, Ekpè, Podji centre, Tohouè et Aholouyèmè. Djrègbé dirigé par Omer Avala est le seul arrondissement revenu au Prd. A ce niveau, il faut préciser que cela revenait directement au Prd, car selon la loi, il faut être un élu de l’arrondissement avant d’être son Ca. Le Parti du renouveau démocratique avait remporté  les deux sièges à pourvoir à Djrègbé.

La dérive du préfet Houessou
Les élections se sont déroulées sous haute surveillance policière. Les hommes en uniforme étaient postés aux points stratégiques de la localité. Les populations étaient très éloignées de la mairie où se tenait le scrutin. Même les journalistes ont été verbalement agressés par le préfet Fcbe des départements de l’Ouémé et du Plateau, François Houessou. « Sortez de la salle », criait-il sur eux.  Il les a chassés comme des moutons qui mangeaient le blé d’autrui. Conscients de faire leur travail, les professionnels des médias ont pu suivre de dehors tout ce qui s’est passé.
{mosgoogle}
Toujours dans son égoïsme, il a suspendu les travaux au niveau de l’élection du Ca de Djrègbé, parce qu’il sait que le poste revenait au Prd. Sentant un complot en préparation, les conseillers anti-cauris ont demandé la poursuite des élections. Piqué au vif, le préfet a commencé par les gronder, comme ils étaient ses domestiques. « Je n’ai pas d’ordre à recevoir de vous. C’est moi qui dirige ici… », Criait-il dans la salle. Il a été presque poussé au respect de la loi. Néanmoins, tout s’est passé dans le calme. Mais dehors, c’était la consternation des populations qui croyaient avoir tourné définitivement la page Gbèdan.

Jules Yaovi Maoussi