La Nouvelle Tribune

Lancement du budget général de l’Etat

Espace membre

soulé mana LawaniDe nouvelles mesures de gestion annoncées
Le ministre de l’économie et des finances, Soulé Mana Lawani a lancé hier le budget général de l’Etat exercice 2009. A cette occasion, il a mis un accent particulier sur les réformes structurelles engagées et la qualité qui doit caractériser les dépenses.


Dans son allocution introductive, l’argentier national a lancé à l’endroit des ordonnateurs délégués, des gestionnaires de crédits, des comptables et régisseurs ainsi que des autres acteurs de la mise en œuvre du budget national des recommandations sur l’attitude à adopter.

Respect scrupuleux des principes budgétaires et comptables et des procédures prescrites en matière de gestion des fonds publics, tel doit être le crédo de ces agents dans l’exercice quotidien de leurs fonctions. Ainsi, pour que les résultats attendus soient obtenus, de nouvelles ont été prises et doivent être mises en application par les agents chargés de la gestion des fonds dans les différents ministères. Au nombre de ces mesures, il faut signaler la fixation du frais d’entretien du journaliste qui est de cinq mille francs (5.000 fCfa). A cet effet, un acte générateur de dépense doit être pris par l’ordonnateur et visé par le délégué du contrôleur.

Tout ceci, dans le but d’établir une gestion saine des  fonds de l’Etat.  En ce qui concerne les commandes, de nouvelles mesures ont été également adoptées. Il s’agit de l’interdiction de commande des cartes de visite sur les crédits et la limitation dans l’achat des produits d’entretien au minimum nécessaire. Il est aussi interdit désormais de se restaurer systématiquement lors de certaines réunions telles que les Codir ou simple assemblées.
{mosgoogle}
Les bons de commandes, les contrats de prestation de services l’Ipts, le Tva et l’Aib sont aussi assujettis à de nouvelles règles d’opération.  Toutes ces mesures annoncées ou déjà engagées selon les cadres du ministère de l’économie et des finances, concourent à limiter l’évasion des fonds publics.

Benoît Mètonou