La Nouvelle Tribune

Présidentielle 2016 : les mesures du gouvernement béninois pour limiter la fraude

Espace membre

Le gouvernement béninois veut que le scrutin présidentiel du dimanche prochain se déroule dans la plus grande transparence. C’est du moins ce qui transparaît du dernier conseil des ministres tenu jeudi 25 février dernier.

Selon le communiqué du conseil des ministres du 25 février, le gouvernement lors de cette séance extraordinaire a décidé de réduire la fraude électorale au maximum et dans cette perspective des mesures ont été prises. Entre autres mesures, on peut citer la limitation du nombre de vote par procuration. « En ce qui concerne les procurations, sur la base de l’expérience des législatives et pour couper court aux supputations de fraude, le Conseil des Ministres invite instamment la CENA (Commission électorale nationale autonome) à limiter de manière stricte la délivrance et l’utilisation des procurations », lit-on dans le communiqué du conseil des ministres sans autres précisions sur le nombre de procurations admis. Il faut rappeler que lors des élections législatives pour la seule commune de Parakou quelques 11 000 votes par procuration ont été enregistrés et un chauffeur d’un chef d’arrondissement avait même été arrêté en possession de plusieurs cartes d’électeur.

En plus de la limitation des votes par procuration, le gouvernement dans son communiqué dit avoir instruit les forces de l’ordre pour les appareils téléphoniques et autres gadgets du genre ne soient introduits dans les bureaux de vote. Dans le même ordre, le gouvernement qui a décidé conférer aux nouvelles cartes d’électeur les attributs de carte d’identité a exhorté la population à ne pas vendre sa carte aux candidats. Il faut indiquer que de nombreuses informations circulant sur les réseaux sociaux font état d’achat de cartes d’électeurs par certains individus. Dans quel dessein ? On s’imagine bien que c’est pour les votes par procuration.

Maintenant est-ce que ces différentes mesures annoncées par le gouvernement seront effectivement mises en œuvre ? Est-ce qu’elles permettront de réduire un tant soit peu la fraude électorale et de garantir une certaine transparence du scrutin présidentiel ? Difficile de réponde actuellement.