La Nouvelle Tribune

Bénin : L’alliance Abt demande la destitution de Boni Yayi

Espace membre

Réagissant à de nouveaux propos graves du président Boni  Yayi mettant à mal l’unité nationale, l’alliance Abt, à travers une conférence de presse animée par Mme Célestine Zanou, Directrice nationale de Campagne du candidat Bio Tchané, a désavoué le chef de l’Etat et demandé sa destitution.

Boni Yayi doit démissionner avant le terme de son dernier mandat le 06 avril prochain. L’alliance Abt est montée au créneau ce samedi pour appeler à la destitution du chef de l’Etat béninois à qui elle reproche de nouveaux propos graves et menaçant pour l’unité et la paix au Bénin tenus à Ouaké le 25 février 2016.  « Le Président de la République confirme qu’il est une menace pour l’Unité nationale qu’il est constitutionnellement investi pour garantir et défendre. Le Président de la République vient de consacrer la partition officielle du pays en Nord et Sud ; il vient de lancer un appel à la sécession. Le Président de la République vient d’appeler à la guerre civile entre les sensibilités socioculturelles de notre pays, entre les membres d’un même espace géopolitique et par extension entre les communautés religieuses de notre pays » a déclaré Mme Célestine Zanou, horrifiée par les propos du Président béninois en fin de mandat. Inquiète, la Directrice nationale de Campagne du candidat Bio Tchané et  présidente du parti Dcbd, appelle la Cour constitutionnelle, les autres institutions de la République, les Organisations de la société civile et le peuple béninois à réagir « comme un seul homme pour défendre l’héritage national et la patrie en danger ». En réalité souligne Mme Zanou,  « Il y a parjure consommée au sommet de l’Etat.  Il y a flagrant délit de rupture du contrat social. Il y a violation sans nuance de la Constitution du 11-12-90 et de toutes les lois de la République ». Conséquence, il faut « destituer le Président Boni Yayi ». A-t-elle martelé, « Tous les modes de raisonnements convergent vers la thèse d’une destitution de Boni Yayi. » Aussi rappelle Mme Zanou, Yayi n’est pas à son premier coup. A l’en croire Boni Yayi est dans la logique de « Après moi, le déluge ! ». Et appelle-t-elle, “il faut absolument l’en empêcher par les voies les plus démocratiques, moyens les plus légaux que met à notre disposition la Constitution du 11-12-90”.

Zinsou serviteur de la France

Lionel Zinsou, le Franco-béninois, Premier ministre et candidat du Président Boni Yayi à la présidentielle est en  fait un serviteur de la France selon les explications de Mme Célestine Zanou. “Lionel Zinsou est Administrateur à la Fondation Afrique-France et il y est nommé par le gouvernement français ; il est également Administrateur au Fonds PAI.” a-t-elle rapppelé. Se basant sur ça, elle déduit que sa  candidature à la Présidentielle de 2016 est “ en violation de tous les textes de la République”. Pour elle, Lionel Zinsou était  “disqualifié déjà pour être Premier Ministre d’un Etat souverain autre que la France”