La Nouvelle Tribune

Coordonateurs d’arrondissements : les raisons de la mise à l’écart de certains magistrats, selon la Céna

Espace membre

Après la publication la décision n° 025/Céna/Pt/Cb/Sp portant nomination et attribution des coordonnateurs d’arrondissements pour le compte du scrutin présidentiel de 2016 par la Commission électorale nationale autonome (Céna) des bruits courent et des dénonciations font bon train dans l’opinion.

La violation de l’article 28, alinéa 3 de la loi n° 2013-06 du 25 novembre portant code électoral en République du Bénin est pointé du doigt du moment où sur les 222 magistrats ayant postulé pour le poste, seulement une cinquantaine a été retenu. L’Union nationale des magistrats du bénin (Unamab) par l’entremise de son président, Michel Adjaka a même saisi la Cour constitutionnelle pour sursis à exécuter. Mais selon le commissaire Moïse Bossou, membre de la Céna, les magistrats non retenus n’ont pas leur dossier à jour. Faisant référence au décret 2014-299 du 24 avril 2015 qui porte sur les conditions à remplir pour être coordonateur d’arrondissement, le commissaire a expliqué que certains magistrats-candidats au poste de coordonnateur d’arrondissement  pas fournit les pièces nécessaires requise par la loi.