La Nouvelle Tribune

Sébastien Ajavon : l'équation d'une désillusion à la présidentielle

Espace membre

 

Particulièrement excitante, l’élection présidentielle en cours au Bénin maintient encore tout son suspens. Cinq favoris se bousculent pour succéder à Boni Yayi, le président dont le dernier mandat constitutionnel prend fin le 06 avril 2016.

Parmi ces cinq dinosaures, figure Sébastien Ajavon, le richissime commerçant, patron de l’entreprise Cajaf-Comon spécialisée dans l’importation et la commercialisation de produits congelés.

Candidat surprise de cette élection à l’instar d’autres, celui que ses sympathisants appellent affectueusement Séba, devient plus menaçant et un sérieux concurrent. Alors que c’est son alter ego, Patrice Talon, le magnat du coton qui occupait les esprits et donnait de l’insomnie au régime de Boni Yayi qui a positionné le franco-béninois Lionel Zinsou dans la course à la succession, Sébastien Ajavon enregistre des ralliements de taille qui lui donnent une certaine avance. On le classe dans le trio de tête et même probable second ou premier au premier tour de la présidentielle fixé au 06 mars prochain. Parmi ses soutiens, figurent le trublion Rachidi Gbadamassi, ancien maire de Parakou et député à l’assemblée nationale qui s’avère être incontournable dans son fief électoral au nord-ouest du pays. Il y a l’ancien chef du parlement béninois Mathurin Koffi Nago, des maires dont celui de Dassa Nicaise Fagnon, et des élus locaux un peu partout dans les 77 communes du pays. Sébastien Ajavon compte sur Claudine Prudencio, députée et épouse du richissime homme d’affaire, patron du groupe Petrolin Samuel Dossou Aworet. A côtés de ses recrues, Séba jouit également d’une sympathie naturelle auprès d’une partie des Béninois pour ses œuvres de charité, les dons d’infrastructures aux écoles, collèges, lycées et universités publiques du Bénin.

Lire Bénin : Et si zinsou essuyait un échec?

L’illusion

Avec cette présidentielle, on assiste à une métamorphose, un changement de statut chez certaines personnalités du pays. C’est le cas de Sébastien Ajavon. Ayant longtemps marqué publiquement son aversion à la politique, il ne s’est annoncé qu’aux derniers instants. Il est ce qu’on peut appeler un « candidat de la dernière heure » pour la présidentielle de 2016. Lui-même, dit-on dans les médias, a affirmé qu’il est candidat contre Patrice Talon. « Si Talon est candidat, je serai aussi candidat » aurait-il dit. Et depuis qu’il s’est lancé dans la course à la Marina, il est désormais entré dans la cour des hommes politiques du pays. Homme d’affaires, homme politique du Bénin Sébastien Ajavon se retrouve désormais face à une équation cruciale pour son avenir socio-professionnel. Bien qu’il croit en ses chances de gagner l’élection présidentielle, il pourrait banalement essuyer un cuisant échec. Et ce ne sont pas les données militant pour un probable échec qui font défaut. Les fameux ralliements qu’ils enregistrent sont-ils la conséquence directe de son statut de milliardaire ou une foi réelle des acteurs politiques en sa capacité à bien gérer le pays. Lui qui n’a pas de parcours politique et qui ne s’est jamais affiché comme militant d’un quelconque parti politique n’a d’argument que sa fortune. Quand il remplit les stades et autres lieux publics pour ses meetings ce n’est pas sans l’espèce sonnante et trébuchante. La réalité au Bénin, c’est que, la plupart des participants aux meetings n’y vont que quand ils ont été intéressés avec l’argent. Et ne pouvant pas confondre les foules aux électeurs comme le dirait l’autre, Sébastien Ajavon risque bien la grande désillusion au soir du 06 mars. Dès lors, que devient-il ?

Ajavon et l’après élection

On n’entre pas en politique occasionnellement pour en ressortir indemne. Sébastien Ajavon au terme de cette élection devra faire face à sa reconversion. L’homme d’affaire sainte ni touche qu’il feignait d’être pourra-t-il assumer son engagement politique ? Créera-t-il son propre parti politique quand ses soutiens actuels vont le lâcher pour ses adversaires politiques ? Combinera-t-il affaire et politique ? Fera-t-il l’opposition s’il échouait ? Autant d’interrogations auxquelles il aura le temps de répondre.

A Suivre : Et Si Patrice Talon essuyait un échec ?