La Nouvelle Tribune

Après l’ouverture boycottée au parlement

Espace membre

Conformément aux dispositions de l’article 85 de la Constitution, les députés se retrouvent une seconde fois ce jour au palais des gouverneurs à Porto-novo pour procéder dans les trois jours qui suivent, c’est à dire ce jour, à l’ouverture de la première session ordinaire de l’année 2008 à l’Assemblée nationale.
La première tentative, on se rappelle était le lundi dernier où les députés du G4, c’est à dire le Prd, la Rb, le Psd et le Madep et leurs alliés du G13 et Force Clé ont réussi à paralyser la cérémonie d’ouverture de cette première session ordinaire de l’institution parlementaire. Au total il y a avait 54 députés qui ont brillé par leur absence, bien sûr avec les six députés de la Fcbe qui seraient envoyés en mission. Cette situation de boycott a conduit le lundi dernier le président de l’Assemblée nationale Mathurin Nago à reporter la cérémonie d’ouverture à ce jour, malgré la présence de hautes personnalités qui ont fait ce jour là le déplacement tels que les représentants des missions diplomatiques, des organisations internationales, les présidents des autres institutions de la République, les représentants de la hiérarchie militaire, les sages et les têtes couronnées de la ville de Porto-novo. Aujourd’hui, les députés sont une nouvelle fois convoqués pour reprendre cette cérémonie. Mais on se demande quelle sera l’attitude cette fois-ci de ces députés? Vont-ils se présenter à l’hémicycle? Vont-ils une seconde fois boycotter? Dans ce cas, si le boycott se répétait, les travaux pourront se poursuivre normalement même en leur absence selon les textes en vigueur. Mais à en croire les sources proches de l’institution parlementaire, on craint encore d’autres représailles des députés du G4 et leurs alliés. Puisqu’ils ont décidé de rendre la vie difficile au président de l’Assemblée nationale si leurs diverses préoccupations n’étaient pas pris en compte au cours de cette session ordinaires.
 
Ismail Kèko