La Nouvelle Tribune

Confusion sur la scène politique nationale

Espace membre

N. SogloLa Rb doit clarifier sa position
A la Renaissance du Bénin (Rb), il y a une confusion terrible. Les uns et les autres se piègent mutuellement. La situation est telle que la discipline semble avoir déserté le forum. Face à ce cela, il importe que les responsables de la Rb montent au créneau pour clarifier leur position.


A quoi ressemble aujourd’hui la Renaissance du Bénin (Rb) de Nicéphore Soglo ? Un observateur averti de la classe politique dira sans détour que ce parti politique est aujourd’hui en lambeau car, la plupart des membres actifs ont renoncé à leur conviction première. Ils sont allés soit par traîtrise ou par goût du gain facile aller servir d’autres maîtres. Les choses se passent aujourd’hui de sorte qu’on se demande si la Rb pourra encore dire son mot dans l’arène politique. Surtout au sein de la coalition dont elle est l’un des piliers majeurs. Sont-ils encore en mesure de continuer le combat avec ces derniers ou devront-ils tout simplement se ranger du côté du camp présidentiel ? Entre Epiphane Quenum qui se découvre subitement des airs de libertin et d’avocat défenseur du pouvoir en place et le silence complice des Soglo,  on a du mal à positionner la Rb sur l’échiquier politique national.

C’est à croire qu’à la moindre occasion où leurs attentes seront réellement comblées, les membres de la Rb lâcheront leurs alliés d’aujourd’hui. On se rappelle de leur combat pour se faire transférer le marché Dantokpa sous le régime défunt dirigé alors par Mathieu Kérékou. S’ils avaient obtenu ce marché, auraient-ils fait l’opposition jusqu’au bout? Rien n’est moins sûr. D’aucuns pensent d’ailleurs que le message de pardon et d’amour mutuel lancé par Nicéphore Soglo vers la fin du mandat de son tombeur fait partie d’une opération de charme pour attendrir ce dernier. A l’arrivée au pouvoir du président Boni Yayi, les choses ont légèrement changé. Au départ, les renaissants faisaient partie de la majorité présidentielle. Par la suite, les promesses non tenue de Boni Yayi et sa forte propension à bafouer les acquis de la conférence des forces vives de la Nation de février 90, les a faits basculer de l’autre côté.
{mosgoogle}
Faut-il assumer sa position ? Pendant que Soglo père semble tenir la ligne radicale avec son adjoint de fils Léhady, d’autres membres du parti jouent allègrement au double jeu. A Bohicon, ils étaient les plus furieux contre le nouveau régime. Voilà que le 30 décembre, c’est la présidente même qui fait  voter le budget général de l’Etat 2009 au risque de mettre en péril la cohésion de leur coalition. Rosine Soglo, ne sachant pas que les intérêts de la mairie de Cotonou étaient menacés, a fait le jeu. Après la déception a été grande. On chuchote que ce serait son homme de main, le député Epiphane Quenum (qui fait des clins d’œil au gouvernement) qui l’aurait induit en erreur. Par contre certains membres de ladite coalition prennent la défense de l’ex-première dame qui n’auraient fait que le devoir d’une mère soucieuse de la paix et que le choix de voter le budget 2009 était unanime au groupe.

La position de la Rb est actuellement indéfinissable. Pour ne pas donner caution à ceux qui pensent que Epiphane Quenum ne serait que le bouc émissaire, les responsables de la Rb doivent clarifier leur position. Il faut qu’ils démontrent que leur conviction prime sur leurs intérêts. Sans quoi, ils donneront raison aux Béninois qui avancent que seuls leurs intérêts les font courir. 

J. Y. M.