La Nouvelle Tribune

Koupaki dévoile son plan pour construire le «Bénin de l’Unité et du travail»

Espace membre

Au lendemain du dépôt de son dossier de candidature à la Commission électorale nationale autonome (Céna), l’ancien premier Pascal Irénée Koupaki (Pik), lors d’une conférence de presse au chant d’oiseau, hier, a exposé les différents axes de son ambitieux projet de société intitulé : « Bâtir ensemble le Bénin nouveau ».

Makandjou Pascal Irénée Koupaki, l’ancien premier ministre, ambitionne de succéder au président Boni Yayi au palais de la Marina. Pour cela, le chantre de la Nouvelle conscience propose en bonne et due forme un projet de société pour séduire les Béninois.  Intitulé « Bâtir ensemble le Bénin nouveau », ce projet de société a été dévoilé hier, mercredi 13 janvier 2016, à la faveur d’une conférence de presse animée au chant d’oiseau à Cotonou, aux professionnels des médias.

Construire un Bénin nouveau

Dans la communication liminaire qu’il a présentée, le premier ministre Pascal Irénée Koupaki a exposé son ambitieux rêve : celui de « Bâtir avec courage, foi et abnégation (Cfa), un Bénin nouveau, le Bénin de l’Unité et du travail (BUT). Ceci, pour l’avènement d’une société d’excellence, d’abondance, de solidarité, de paix et d’espérance. Ce rêve est construit  autour de trois pensées politiques à savoir le Bénin apprenant, c'est-à-dire un Bénin débarrassé de ses tares (régionalisme, banalisation des valeurs républicaines et ancestrales, mal gouvernance, impunité…), le Bénin entreprenant et le Bénin innovant.

Pour ce faire, des orientations, actions et mesures ont été identifiées par le candidat Pascal Irénée Koupaki. Ces orientations (12), actions et mesures ont été présentées à travers différentes communications par le Professeur Narcisse Simon Tomêtin. De la présentation faite du projet par le Professeur Narcisse Simon Tometin, il ressort que le projet de société du candidat Pik est le fruit d’un travail de longue haleine qui conduit l’apôtre de la Nouvelle conscience dans les 77 communes. Il a été élaboré en tenant compte des 10 millions de Béninois et il prend en compte les différentes couches sociales et propose des réformes innovantes pour les différents secteurs de la société béninoise. Du secteur de  l’éducation, à sécurité en passant par la justice, l’agriculture, l’élevage et la pêche, les infrastructures, l’énergie, le tourisme, la presse rien n’a été oublié.

Du territoire-réceptacle au territoire-acteur

Pour le quinquennat à venir, Pascal Irénée Koupaki entend donner une place de choix aux communes. Ceci, par la vitalisation et l’aménagement du territoire communal en passant de la logique de territoire-réceptacle d’infrastructures à la logique de territoire-acteur porteur de dynamique de création de richesse, d’emploi et de transformation des conditions de vie des populations.

Dans ce sens, Pik ambitionne d’accroître les ressources du budget général à transférer aux communes de 3,8% en 2013 (soit 36,4 milliards FCFA) à 25% d’ici à 2020 (soit plus de 380 milliards FCFA par an). Une enveloppe financière annuelle dite « milliard économique local » soit un milliard an par an à partir de 2017 pour l’autonomisation des communautés à la base.

En mettant un accent sur la restauration des valeurs éthiques et morales, Koupaki propose également une réforme de l’Etat avec des actions et mesures qui vont de la réduction du train de vie de l’Etat à la création d’agences régionales de développement territorial et d’autonomisation économique des communautés à la base.

Le projet de société de Pik, faut-il le préciser, est prévu pour être mis en œuvre pendant cinq ans. Et pour son financement, différentes stratégies ont été élaborées par le candidat de la Nouvelle conscience. Entre autres, actions et mesures, on peut citer la réduction du train de vie de l’Etat et l’exemplarité des dirigeants, la réduction des évasions fiscales, des malversations et de la corruption.

Il faut indiquer le projet de société a été résumé dans un document. Ce document, le candidat Koupaki entend aller bientôt sur le terrain avec et abreuver les électeurs