La Nouvelle Tribune

Patrice Talon : « Il ne faut pas se priver de se mettre au service de ses compatriotes ! »

Espace membre

Il y a beaucoup de personnes qui pensent que les opérateurs économiques ne devraient pas se présenter à l’élection présidentielle parce que ce serait une concurrence déloyale. Qu’en dites-vous ?

Patrice Talon : Concurrence déloyale par rapport à qui ? Je n’ai pas bien compris la question. Concurrence déloyale par rapport à qui ? Par rapport aux autres candidats, c’est ça ?

Bien sûr parce que vous avez les moyens et arrivé au pouvoir vous ne penserez qu’au profit…

Sur le premier aspect de votre question, concurrence déloyale. Est-ce que vous, Madame, vous allez voter en fonction de ce que vous aurez reçu comme enveloppe ? Je pense que les Béninois sont au dessus de cela et que le vote, cette fois-ci, parce que le pays va très mal, ne sera pas fonction des enveloppes distribuées. C’est pour ça que moi, je ne le fais pas. Je ne le ferai pas. Je n’ai pas à acheter le vote des Béninois, mes compatriotes. J’ai à présenter aux Béninois mon projet de société. J’ai à leur dire que le pays ne va pas bien. Que nous avons les solutions et que nous pouvons vaincre la fatalité. Ce sera le contenu du programme de chacun qui déterminera le vote des Béninois. Non. Ayez confiance aux Béninois. C’est un peuple mûr. C’est un peuple qui sait ce qui ne va pas, qui sait ce qu’il lui faut, qui comprendra quelles sont les solutions les plus pertinentes qui lui sont proposées. Donc, ils voteront en fonction des programmes qui leur seront proposés. Ils voteront en fonction de la crédibilité qu’inspirent les candidats. Sur ce plan, il n’y a pas à craindre que l’argent distribué sera le seul élément déterminent du vote.

Et une fois au pouvoir, l’esprit mercantile n’aura-t-il pas le dessus ?

Madame ! Les gens qui ont été hommes d’affaires, qui ont eu la grâce d’avoir les moyens financiers, matériels, leur permettant de satisfaire les besoins ordinaires, et même un peu au-delà, est-ce que, à un moment donné de la vie de leur pays, ils ne peuvent pas aller au secours de leur pays pour apporter leur savoir-faire ? Parce que le Bénin a besoin aujourd’hui de bâtisseurs. Quand on a la compétence, le réflexe, on sait ce qu’il faut faire. Il ne faut pas se priver de le mettre au service de ses compatriotes ! C’est bien pour cela, Madame, qu’on peut avoir été opérateur économique, surtout, si l’on a eu la chance d’avoir l’expérience, le réflexe du management, de la création d’emploi, de richesse, on peut rendre grâce et servir maintenant son pays autrement et révéler qu’on n’est pas que opérateur économique, qu’on n’est pas que fortuné, qu’on peut avoir aussi le mérite de contribuer à construire son pays au-delà des entreprises qu’on a eu à bâtir.