La Nouvelle Tribune

Fronde contre Zinsou : La chancellerie du Bénin à Paris interpellée

Espace membre

La candidature de Lionel Zinsou, premier ministre de l’actuel gouvernement du président Boni Yayi et ancien patron du plus grand fonds d’investissement français PAI partners ne fait pas l’unanimité, notamment dans la mouvance présidentielle. Ce dimanche 3 janvier, le député Rachidi Gbadamassi, membre de l’alliance soutenant l’actuel président de la république a critiqué avec véhémence la candidature du banquier d’affaires franco-béninois.

Cette critique a semblé être la critique de trop. En effet, à en croire un communiqué rendu public par le gouvernement dans la soirée même de ce dimanche et signé par le Secrétaire général du gouvernement, Allassani Tigri, la Chancellerie du Bénin à Paris a été interpellée.

Lire Propos de Gbadamassi sur Zinsou : le communiqué officiel du gouvernement

A en croire le communiqué du gouvernement, la Chancellerie a été interpellée pour des précisions en raison du « caractère profondément irresponsable »  des critiques contre le premier ministre Lionel Zinsou, candidat unique de l’alliance Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE), famille politique du président de la république. Pour le gouvernement donc, la fronde contre Lionel Zinsou vise à mettre à mal les relations entre le Bénin et son ancienne colonisatrice, la France.