La Nouvelle Tribune

Gbadamassi : « Il y a deux candidats qu’il faut combattre »

A lire

Leçons de football et leçons de vie

France : leur mosquée fermée, des musulmans décident de prier dans les rues de Clichy

se connecter
se connecter

Sur la pléthore de candidats probables pour la présidentielle du 28 février 2016, il y a des « persona non grata ». C’est en tout cas ce qu’on retient de la sortie politique ce dimanche 3 janvier du député Rachidi Gbadamassi.

Dans sa déclaration de soutien à l’homme d’affaires Sébastien Ajavon ce jour, le député de la 8ème circonscription a en effet fait une déclaration fracassante et du moins surprenante. L’élu de la 8ème circonscription a déclaré qu’il y a des candidats à qui il faut barrer la voie du palais de la Marina, la présidence de la république du Bénin. « Il y a deux candidats qu’il faut bannir, qu’il faut combattre », a fait savoir Rachidi Gbadamassi. L’ancien maire de Parakou a même donné les noms des deux candidats « à bannir » : le premier ministre Lionel Zinsou et l’homme d’affaires Patrice Talon. A en croire l’honorable Rachidi Gbadamassi, ces deux candidats se sont lancés dans la bataille présidentielle pour « régler des comptes ». « Il y a deux candidats qu’il faut bannir, qu’il faut combattre. Le candidat Lionel Zinsou est un candidat qui est ramené pour  régler des comptes. Talon aussi veut régler un compte », a laissé entendre Gbadamassi.