La Nouvelle Tribune

Bénin : Déclaration de candidature de Sébastien Ajavon

Espace membre

Je voudrais, tout d’abord, adresser mes sincères remerciements à tout le peuple béninois et particulièrement aux élus, aux militants et dirigeants de divers partis politiques, aux mouvements associatifs, à la diaspora béninoise et à tous ceux qui, de près ou de loin ont souhaité, décidé, participé et œuvré à la réalisation de cet événement.

Vous êtes les héros silencieux d’une grande aventure qui a commencé depuis déjà plusieurs décennies.

J’ai écouté vos cris,

J’ai entendu vos appels,

J’ai vécu l’enthousiasme qui s’est emparé du pays tout entier.

C’est avec une immense reconnaissance et un grand respect que je me présente aujourd’hui devant vous pour déclarer mon engagement irréversible et ma totale détermination à faire de ce jour, dimanche 3 janvier 2016, un jour décisif pour la nation béninoise.

« Ne cherche pas à savoir ce que ton pays peut faire pour toi, mais cherche à savoir ce que tu peux faire pour ton pays » disait l’ancien président américain John Kennedy.

Vous m’avez tous choisi pour conduire les destinées de notre grand et beau pays, le Bénin.

Vous êtes fiers et persuadés que le Bénin, avec moi, va s’engager résolument dans une marche sans retour vers un accomplissement individuel de ses filles et fils, un épanouissement de toutes les communautés qui la composent ainsi qu’un développement harmonieux de la nation toute entière.

Quant à moi, quelle partition pourrait-être la mienne si elle ne reçoit l’onction et la participation active de vous tous ?

Qui suis-je pour apporter au questionnement de tout un peuple, une réponse si ce n’est celle à laquelle il a travaillé et dont il a le mérite par son courage, son abnégation, sa dextérité, sa foi et son espérance ?

Qui suis-je pour bâtir les murs de la Cité si le Très Haut ne décide de les bâtir dans sa volonté d’élévation de ses merveilleuses créatures ?

C’est pourquoi, le moment est arrivé pour que nous nous parlions dans un langage de vérité et d’engagement réciproque, sans réserve et sans faille :

  • Etes-vous déterminés à accompagner une gouvernance débarrassée de toute forme de régionalisme et de népotisme ?
  • Etes-vous déterminés à accompagner une gouvernance où seuls les plus compétents seront promus ?
  • Etes-vous déterminés à accompagner une gouvernance qui fait de la lutte contre le chômage des jeunes sa priorité ?
  • Etes-vous déterminés à accompagner une gouvernance où toute forme d’entreprenariat national des jeunes sera encouragée et promue ?
  • Etes-vous déterminés à accompagner une gouvernance où l’énergie électrique sera permanente et à la portée de tous ?
  • Etes-vous déterminés à accompagner une gouvernance où nos frères et amis zémidjans pourront retourner à des métiers producteurs de richesses pour eux- mêmes et pour la nation ?
  • Etes-vous déterminés à accompagner une gouvernance où la sécurité des citoyens et de leurs biens restera une préoccupation permanente et active ?
  • Etes-vous déterminés à accompagner une gouvernance débarrassée de toute forme de corruption ?
  • Etes–vous déterminés à accompagner une gouvernance où la justice est libre et souveraine ?
  • Etes–vous déterminés à accompagner une gouvernance où les institutions de contre-pouvoir sont véritablement indépendantes ?

Eh bien, j’ai entendu des ‘’OUI’’, des « OUI » retentissants et engagés.

C’est en prélude à l’aube nouvelle, d’un Bénin fier, dont les enfants victorieux de la fatalité sauront bâtir un Nouveau Bénin, celui enfoui dans nos entrailles, celui que nous n’avons pas choisi mais que nous aimons.

Il a été longtemps spolié, mais il continue de nous sourire et de nous appeler.

C’est pourquoi, j’ai résisté à des années de persécution et de brimades diverses en restant parmi vous, contre vents et marrées, dans le partage quotidien de nos peines communes et de notre espérance bien méritée.

Je rêve d’un Bénin qui sourit et c’est pourquoi, je nous invite à nous tourner résolument vers un avenir certain.

Un devoir de sincérité m’oblige à dire très humblement à tout le peuple béninois, à vous tous qui m’avez entendu dire une fois que je ne fais pas de politique, que lorsque Marie, mère de Jésus, lui fit remarquer que le vin venait à finir, ce dernier répondit :

« Femme, mon heure n’a pas sonné »

Et cela n’empêchera point Jésus de procéder ensuite au remplissage des jarres de vin pour tous, car enfin « l’heure avait sonné ».

Nul ne peut rester sourd à l’appel du peuple, à l’appel du destin.

Le Roi Béhanzin disait dans son discours d’Adieu à sa terre natale, je cite : « A mon destin, je ne tournerai plus le dos, je ferai face et je marcherai ».

C’est fort de cet engagement renouvelé que je vous dis avec toute la détermination de ma voix et la sincérité de mon cœur ‘’OUI’’,

‘’OUI’’, et ‘’OUI’

Oui, je suis votre candidat à l’élection présidentielle de février 2016 !

Oui, je serai le Président de tous les béninois sans distinction de région, d’ethnie, de sexe, de religion, de conviction politique et de catégorie socio professionnelle.

Oui je suis fait pour le Job !

Oui je suis prêt pour la mission !

Mes chers compatriotes,

L’homme que je suis, refuse l’inaction.

Nous ne pouvons rester les bras croisés face à l’ampleur des tâches qui défient notre pays. Aussi importantes que sont les difficultés, elles demeurent encore surmontables. L’élection présidentielle de février prochain nous donne l’occasion de faire le choix du rassemblement et de la réussite, de la croissance et du développement.

Ce rendez-vous est crucial pour l’avenir de notre pays et de nos enfants.

Comptez sur moi pour aller chercher la victoire selon les règles édictées, comme les joueurs sur un terrain de football.

Comptez sur moi pour ne pas tomber dans la tentation revancharde et opportuniste.

Comptez sur moi pour être le Président du rassemblement dans la paix.

Ensemble, nous rentrerons dans une ère de profondes réformes politique et socioéconomique, qui appellent les efforts de tous pour sécuriser les institutions de l’Etat et mettre le citoyen béninois et son bien être au cœur de toutes les préoccupations.

Tout le monde sera mis à contribution dans l’œuvre de salubrité nationale.

N’ayez point peur des gens simples, car il est dit « Dieu utilise des gens simples pour réaliser des choses extraordinaires ».

Je veux unir toutes nos forces, y compris celles du plus grand nombre de partis politiques, autour d’ambitions partagées, afin qu’ensemble nous portions et réalisions un projet commun. Je compte sur vous pour unir vos forces aux miennes.

Ainsi, la marche de la rupture apaisée, gage d’une unité nationale forte est lancée pour n’aboutir qu’au palais de la marina le 6 avril 2016.

Mais à présent, j’ai moi-même une mission pour vous :

Mes chers amis,

Parcourez sans relâche notre beau pays, du nord au sud, de l’est à l’ouest, à travers monts et vallées, dans toutes les communes, dans tous les hameaux et quartiers de villes, pour annoncer la bonne nouvelle et porter le message de développement, de prospérité, de paix à toutes les béninoises et à tous les béninois.

Restons mobilisés jusqu’à la victoire finale !

Enfin, en cette période de vœux, que Dieu bénisse, toutes les béninoises et tous les béninois, qu’il protège notre pays de la division et inspire les électeurs pour un choix juste et éclairé.

Soyez convaincus, le Bénin sera sauvé de la fatalité.

Vive le Bénin !

Vive la République !

Je vous remercie.