La Nouvelle Tribune

Etat de la Nation

Espace membre

L’Ong Dhpd publie un discours alternatif
Proposer un autre regard sur l’état de la Nation après celui présenté par le président de la République le 30 décembre dernier devant les députés à l’Assemblée nationale. C’est le but de l’organisation non gouvernementale Droits de l’homme, paix et développement (Dhpd) à travers le rapport qu’il a publié sous le titre « Le Bénin en 2008 ‘’Discours’’ alternatif sur l’état de la Nation ».


D’un volume de 240 pages, le ‘’discours’’ alternatif sur l’état de la Nation est subdivisé en trois parties complété par une annexe. La première partie traite de l’état de la gouvernance politique. A ce niveau, les auteurs ont estimé que l’Etat béninois a eu comme difficultés le sempiternel problème de l’organisation des élections ainsi que la gestion politique et judiciaire des contentieux qui en découlent. La gouvernance politique a connu d’une difficile relation entre les institutions de la République.

C’est également le chapitre où les décisions prises au niveau du gouvernement souffre souvent de la démarche rationnelle ‘’réflexion-action’’. Les grands regroupements politiques qui sont nés au cours de l’année 2008 n’ont pas été occultés. La deuxième partie quant à elle, connaît de la gouvernance économique. Le Dhpd a relevé dans ce domaine, que le budget général de l’Etat est passé pour la première fois à plus de 1000 milliards.
{mosgoogle}
Il salue donc l’effort de mobilisation car, cela est synonyme d’investissements publics. Cependant, le Dhpd souligne dans son discours alternatif que les critères essentiels pour mieux apprécier la gouvernance économique, restent et demeurent la lutte contre la corruption et la gestion qui est faite des milliards du budget. La dernière partie est consacrée à la gouvernance sociale et culturelle. Ici, l’Ong a retracé les interminables grèves qui ont eu lieu dans les secteurs de l’enseignement, de la santé, de la justice et bien d’autres. Me Djogbénou et ses amis ont également mis en exergue les affres de la crise alimentaire et de la cherté de la vie.

La gratuité avortée de la césarienne, la hausse des prix du ciment, les dividendes des luttes syndicales et les subventions aux confessions religieuses y sont également évoquées. L’annexe est comme il est de coutume, une compilation de textes et de données qui retracent les grands thèmes développés dans les différentes parties. C’est en somme un rapport qui donne le change au discours programme du chef de l’Etat et met en lumière certains événements de l’année écoulée qu’il a passé sous silence.

Benoît Mètonou