La Nouvelle Tribune

Blocage de la Lépi

Espace membre

Les manœuvres de Léa Hounkpè mises à nu: Les organisations de la société civile ont donné hier une conférence de presse au centre international de conférences de Cotonou, au cours de laquelle les manœuvres du Secrétariat administratif permanent de la Commission électorale nationale autonome (Sap/Cena) que dirige Léa Hounkpè...
(...) pour bloquer la réalisation de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi) ont été exposées à tous. C’est la deuxième sortie des organisations non gouvernementales sur le sujet en espace d’une semaine. « Appréhender les difficultés dans la mise en œuvre et éclairer l’opinion publique ». C’est le thème de la sortie médiatique de ce jeudi à Cotonou des organisations de la société civile sur la question du blocage de la réalisation de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi) par le Sap/Cena de Léa Hounkpè. Au cours de cette rencontre avec la presse, les manoeuvres de cette dernière ont été étalées. Selon les déclarations de Urbain Amègbédji du centre africa Obota, Mme Hounkpè a fait quatre observations qu’il a jugées fantaisistes, irresponsables et inquiétantes au rapport des experts écrit sur la Lépi. Tout d’abord, il a été révélé que le Sap/Cena réclame une manne de 100 millions pour l’achat de 07 véhicules dont les marques n’ont pas été identifiées, 36 millions pour la formation et les voyages d’études des membres du Sap/Cena, un milliard pour l’équipement du bâtiment du centre national du traitement des données et 3,6 milliards pour l’acquisition de 650 kits.
{mosgoogle}
A cet effet, il a été souligné que Léa Hounkpè menace de bloquer la mise en œuvre de la Lépi, si le rapport des experts ne prend pas compte ses exigences. Face à cette situation dangereuse pour la nation béninoise, la société civile béninoise commence par se poser les questions suivantes : qui veut de la Lépi et qui fait quoi ? Qui ne veut pas de la Lépi ? Léa Hounkpè est-elle qualifiée pour revendiquer ces biens matériels jusqu’à bloquer un rapport déposé au chef de l’Etat ? Pour les conférenciers, l’organisation des élections de 2011 sur la base de la Lépi est une nécessité pour la paix au Bénin à voir ses enjeux. C’est pourquoi, ils demandent au chef de l’Etat de respecter ses engagements vis-à-vis de la nation béninoise, surtout que la date de la dernière chance pour la mise en œuvre de cet instrument électoral est pour le 02 mars prochain.

Malgré les manœuvres du Sap/Cena, la société civile projette des actions pour atteindre ses objectifs. Il s’agit d’informer toutes ses organisations pour comprendre davantage la Lépi, des actions vers les médias, la formation d’une coalition citoyenne pour sa réalisation et la rencontre avec les députés pour le vote des réformes suggérées pour l’établissement de la liste électorale permanente informatisée. Il n’est pas question de baisser les bras, selon les conférenciers.q  Jules Yaovi MAOUSSI