La Nouvelle Tribune

Vers une rude bataille juridique autour de la paternité de l’AND

Espace membre

Le 27 novembre 2015, par décision N°1830/Mispc/Dg /Sgm/Dgai/ Dtlp/Saa/Sa, le ministre de l’intérieur Placide Azandé  a donné acte de reconnaissance de l’And à Barnabé Dassigli et Octave Houdégbé. Le ministre croyait ainsi avoir vidé le dossier mais erreur. L’aile Houdé ne l’entend pas de cette oreille.

A peine sortie des élections législatives et communales, que l’Alliance nationale pour la démocratie(And) est entrée dans une zone de turbulence. Tout est parti du choix fait par trois des cinq députés de l’alliance de soutenir les Fcbe alors qu’elle a battu campagne telle une force de l’opposition. Cette décision a ouvert la voie à une longue saison d’intrigues, de machination et de contestation. Le député Valentin Houdé, président de cette alliance a vu son autorité contestée par ces députés rebelles et leurs affidés. Quand il accuse, l’autre camp récuse les accusations. Ce ping-pong a duré quelques semaines pendant lesquelles chaque camp prend la responsabilité d’exclure l’autre. C’est dans cette atmosphère délétère qu’intervient la décision du ministre de l’intérieur Placide Azandé de reconnaître le camp de ceux qui sont opposés à Houdé. Mais ceux-ci ne l’entendent pas de cette oreille. « On va les assigner et ils vont répondre de leurs actes », a déclaré le premier questeur de l’Assemblée dont l’entourage se dit très confiant dans ce dossier. « L’Ag de Dahè est illégal. Le mot Ag n’existe pas dans nos textes. On parle chez nous de congrès », assure un des conseillers juridiques de l’Alliance. Selon lui, aux termes des articles 18, 19 et 20  des statuts de l’Alliance, ce congrès est convoqué et présidé par le Bureau exécutif national présidé le président du Bureau Politique qu’est Valentin Houdé. C’est donc la preuve que l’Ag de Dahè n’est qu’une parodie de congrès.

Un récépissé frauduleusement obtenu

Ceci étant, l’entourage du député de Zè s’offusque de voir le ministre de l’intérieur prêter flanc à cette machination qui a tout l’air d’un coup politique pour déstabiliser leur leader qui est élu depuis 1995 sans discontinuité. « La charte des partis politiques ne fait nullement obligation aux alliances de se faire enregistrer une fois que les partis ou mouvements membres l’ont déjà fait », clarifie la même source qui ajoute qu’ayant appris que le ministre de l’intérieur s’apprête à délivrer un récépissé à l’aile rivale, un huissier de justice lui a été envoyé pour connaître les pièces déposées pour obtenir cette reconnaissance. Pendant plus d’une semaine, le ministère a été incapable de fournir la moindre preuve de constitution de dossier et l’a tourné en bourrique. Il est clair que la décision prise à Dahè est nul et de nul effet parce que rendue par un organe illégalement  d’exclure n’a aucun effet juridique. « Les mêmes qui ne trouvaient aucune urgence à se faire enregistrer sont ceux qui veulent brandir cela pour s’accaparer du mouvement. Quelle And a alors élu Houdégbé qui se prévaut actuellement de son titre de député ? Si l’And n’existait pas, alors son élection comme député aussi est illégale», ironise un proche de Valentin Houdé