La Nouvelle Tribune

Un Béninois demande à Lionel Zinsou de ne pas être le candidat de la division

Espace membre

Le choix du candidat unique suscite grand débat au sein des militants Fcbe. L’un d’eux, Sègbégnon Koffi Serge s’est fendu d’une lettre ouverte adressée au Premier ministre pour lui demander de ne pas être le candidat de la division de la famille cauris.

SEGBEGNON Koffi Serge        Cotonou, le 14 novembre 2015.

Militant FCBE

Kansounkpa, Abomey-Calavi

Son Excellence Monsieur Lionel ZINSOU Premier Ministre

REPUBLIQUE BENIN

OBJET : Lettre ouverte.

Monsieur le Premier Ministre,

Je suis avec attention l’actualité politique dans notre pays et notamment celle liée à la mouvance présidentielle à laquelle j’appartiens. Je suis militant des Forces Cauris pour un Bénin Emergeant à la base. J’ai suivi avec intérêt votre récente sortie médiatique sur la paix et l’unité nationale sur la télévision nationale.  Ce qui a retenu mon attention dans votre brillante intervention, est votre parole donnée à propos du « consensus » quant à votre candidature à l’élection présidentielle du 28 février 2016.

Excellence Monsieur le Premier Ministre, j’observe malheureusement que ce consensus est ce qui fait défaut et fragilise actuellement votre engagement politique. J’ai pu noter en seulement quinze (15) jours trois (03) faits  qui me confortent dans ce sens.

Pour le choix du candidat unique, les FCBE ont élaboré un ensemble de critères qui pour certains analystes politiques et pour moi-même, n’aboutiront pas à votre désignation s’ils étaient respectés. Au regard de la probité qu’on vous reconnait, je sais que vous n’allez pas salir votre réputation en  forçant les choses.

Vous avez participez à un meeting organisé par certain membres de l’AND à Kpomassè. Ce meeting a laissé place à de longues polémiques liées à un éventuel soutien à votre candidature.

La semaine dernière à l’Assemblée Nationale, Madame Rosine SOGLO, député de la Renaissance du Bénin a déclaré en votre présence « Lionel ZINSOU ne peut diriger le Bénin ».

Face à ses dissidences auxquelles se heurte votre ambition, je voudrais très respectueusement vous faire part de mes préoccupations que voici :

J’ai appris que vous militez ou que êtes proche du Parti Socialiste (PS) en France. Une personnalité qui n’est pas membre du PS peut-elle se faire investir candidat de ce parti pour briguer la magistrature suprême ? Je le dis par rapport à votre ambition d’être porté par les FCBE dont vous n’êtes pas membre.

Si oui, cette pratique d’homme providentiel encourage-t-elle le militantisme au sein des entités politiques qui animent la démocratie ?

Que comptez-vous faire  face à la dissidence à laquelle se heurte votre probable candidature quelques jours seulement après votre sortie médiatique ? En d’autres terme aller vous respecter votre parole de ne pas être candidat dans la dissidence ?

Ne pensez-vous pas que votre récente sortie médiatique devrait porter sur ce que vous avez pu apporter aux béninois en cinq mois de gestion au lieu de parler de la paix et de l’unité nationale que les béninois savent déjà préserver si bien ?

Ne pensez-vous pas que c’est légitime que vos compatriotes béninois soient dubitatifs sur votre aptitude à servir les intérêts du bénin (au besoin) ‘’au détriment’’ ceux de la France, votre autre patrie où se trouve votre patrimoine et dont vous êtes très proches des dirigeants actuels ?   

Excellence Monsieur le Premier Ministre, je serai heureux d’obtenir des réponses à ces préoccupations importantes. Mais en dépit de tout, je voudrais très respectueusement, vous demander de respecter votre parole de ne pas être candidat de la division du peuple béninois. Cela d’autant plus que nous avons commencé par entendre des propos qui n’avaient jamais été entendu dans notre pays. Je voudrais vous inviter à vous en tenir à d’aider le président de la République à achever en beauté son mandat et rentrer positivement dans l’histoire.

Je compte Excellence Monsieur le Premier Ministre, sur votre hauteur d’esprit et vous prie d’agréer l’expression de mes sentiments patriotiques. 

Koffi Serge SEGBEGNON