La Nouvelle Tribune

Candidatures de Talon et Ajavon : Victor Topanou avertit

Espace membre

Dans un contexte d’attentisme et de petits calculs parfois égoïstes, Il fait partie des rares intellectuels et politiques béninois à s’insurger publiquement contre les candidatures des hommes d’affaires à l’élection présidentielle de 2016.

Dans une lettre ouverte au peuple béninois et à ses élites (lire l’intégralité ci-dessous), le chef département Sciences politiques de la faculté de droit de l’université d’Abomey-Calavi attire l’attention de l’opinion publique sur les risques liés aux candidatures de Patrice Talon et Sébastien Ajavon pour le Bénin. Après un état des lieux assez clair, une synthèse des avis déjà émis sur la question, le président du Front uni pour la république (Fur) propose deux solutions ; l’une juridique et l’autre politique. Sans détours, le professeur Victor Topanou invite la Cour constitutionnelle et la classe politique à prendre leurs responsabilités. Ils doivent faire en sorte que le président du Bénin à partir du 06 avril 2016 ne soit ni Patrice Talon, ni Sébastien Ajavon. Pour la seconde solution, il estime que, les partis politiques « dignes de ce nom » doivent «se coaliser pour faire triompher la candidature d’un acteur politique, quels que soient ses défauts. Il s’agira de mettre en place un cordon sanitaire partisan pour sauver la République.»

La première solution, très radicale, ne manquerait d’ailleurs pas de créer une autre polémique. Dans une démonstration à la fois logique et scientifique, il invite la Cour constitutionnelle à se baser sur les critères de «bonne moralité et de grande probité » (articles 35 et 44 de la Constitution) pour déclarer l’irrecevabilité des candidatures de Patrice Talon et Sébastien Ajavon.

Lettre ouverte au peuple béninois et à ses élites : A propos des candidatures de Patrice TALON et de Sébastien AJAVON

Par Prudent Victor TOPANOU, Maître de Conférences des Universités, Sciences politiques.

La situation politique de notre pays, à moins de quatre mois de l’élection présidentielle de février 2016, nous interpelle tous, d’un double point de vue politique et intellectuel. Je ne puis donc, pour ma part, y rester indifférent.

En effet, à ce jour,les grandes alliances de partis que sont les Forces Cauries pour un Bénin Emergent, l’Union fait la Nation, l’Alliance Soleil, l’AND ainsi que les grands partis notamment, le PRD ne sont toujours pas parvenus à désigner leurs candidats.Le PRD, pour sa part, a déjà annoncé que le processus devant aboutir à la désignation du candidat qu’il soutiendra s’achèvera en décembre prochain soit à deux mois de l’élection et il fort à parier que les autres le feraient en janvier, voire en février. Autrement dit, un timing qui ne permettra pas aux électeurs de se renseigner ni sur les candidats encore moins sur leurs programmes.

En lieu et place des candidatures attendues des partis et alliances de partis, ce sont celles de nouveaux acteurs venant du monde des affaires, notamment celles de Patrice TALON et de Sébastien AJAVON, quinzième et dix-septième fortunes d’Afrique francophone selon FORBES. Il ne s’agit pas de stigmatiser les opérateurs économiques qui n’auraient pas le droit d’être candidats à une élection présidentielle, loin s’en faut. Nous avons d’ailleurs une très vieille tradition d’opérateurs économiques dans la politique comme en témoignent les Issa SALIFOU, Christian LAGNINDE, Sossou DAKPE, Cyriaque DOMINGO, Edmond AGOUA et bien d’autres encore. Les deux premiers étaient même déjà à l’élection présidentielle de 2011 et le premier, Issa SALIFOU a été classé quatrième par les Béninois.

Mais si nous en sommes arrivés là, c’est parce que ces vingt-cinq dernières années, nous avons fait de l’argent l’alpha et l’oméga de notre vie politique au point d’incrusterdans la tête de nos concitoyens une conception péjorative de l’Etat. En effet, pour les élites politiques béninoises, l’Etat est devenu un immense gâteau à parts multiples et surtout infinies auquel il faut absolument accéder, au moins une fois dans sa carrière, voire sa vie, pour, selon la célèbre formule d’un ancien ministre des finances, « prendre sa part ». Dans cette conception, l’Etat n’est plus un moyen de servir l’intérêt général ; il devient une fin, une source de satisfaction des intérêts égoïstes qui disparaît au profit des acteurs politiques de qui, les citoyens attendent tout ce qui relève en principe des prérogatives régaliennes de l’Etat, à savoir la sécurité, la construction de portions de routes, de ponceaux, de salles de classe, de puits etc. C’est également cette conception de l’Etat qui est à l’origine de l’inexistence d’un financement public des partis politiques et plus généralement de la vie politique.

La nature ayant horreur du vide, l’inexistence de financement public a très tôt fait le lit du financement privé. Dans ce système de privatisation de la vie politique se trouvaient en bonne place, Patrice TALON et Sébastien AJAVON. Ceux-ci n’étant nullement des philanthropes ni des mécènes, le retour sur investissement était immédiat : il s’est créée entre eux et les acteurs politiques qu’ils soutiennent des liens de servitude qui se traduisent par l’hypothèque des biens communs, c’est-à-dire la mise en bail de la richesse nationale. Aujourd’hui, n’ayons plus peur des mots, la privatisation sauvage du financement de notre vie politique a abouti à la criminalisation de celle-ci.

C’est Monseigneur Antoine GANYE, Archevêque de Cotonou, Président de la Conférence épiscopale du Bénin qui, manifestement très bien informé et alors que la nouvelle de ces candidatures n’était encore qu’au stade des rumeurs, fut le premier à tirer la sonnette d’alarme dans une lettre en date du 15 août 2015,adressée à Patrice TALON et Sébastien AJAVONet rendue publique par voie de presse. Parlant « d’inquiétude que suscite l’importance des rumeurs sur la candidature des deux opérateurs économiques » le Prélat concluait sa lettre par une supplication : « nous venons vous supplier de bien vouloir renoncer à présenter vos candidatures respectives à l’élection présidentielle de février 2016 pour le bien suprême de la nation béninoise », mais peine perdue.Ce qui nous interpelle et nous inquiète à la fois, ce sont donc les personnes même de Patrice TALON et de Sébastien AJAVON.

C’est pourquoi il fautouvrir le débat, éveiller les consciences, éclairer le peuple.Avons-nous le droit de laisser faire, d’observer impuissants comme si cela relevait d’une fatalité ? Sommes-nous capables d’un sursaut collectif pour,une fois encore, regarder tous dans la même direction à la recherche de l’intérêt général au détriment des intérêts personnels ? Sommes- nous encore capables d’arrêter cette dérive démocratique qui se déroule sous nos yeux et qui n’est en réalité que l’illustration de la forme paroxysmique de ce modèle démocratique que nous avons, ensemble, construit depuis un quart de siècle, à savoir la candidature des opérateurs économiques (I) et qui présentent de grands risques qui sont autant d’hypothèques pour notre jeune démocratie (II).

I / Les candidatures de Patrice TALON et de Sébastien AJAVON

Le problème que posent les candidatures de Patrice TALON et de Sébastien AJAVON est un problème d’ordre éthique, voire de moralité et de probité qui met en cause les personnes même de ces deux candidats ainsi que de leurs relations tumultueuses et incestueuses avec l’Etat béninois.

Patrice TALON est tout de même le principal soutien financier, relationnel et logistique des victoires du Président Boni YAYI aux élections présidentielles de 2006 et de 2011 et le retour sur investissement a été immédiat : c’est à lui qu’en reconnaissance de son soutien de 2006, le régime a concédédepuis 2008, malgré le contexte d’économie libérale qui est le nôtre, le monopole de la filière coton qui emploie, de façon directe et indirecte, près de deux millions de Béninois.

C’est également dans la même logique que le marché de vérification des prix lui a été concédé en 2011 lui permettant de contrôler la source de plus de 70% des recettes fiscales de notre pays, à savoir la douane.

Au-delà du retour immédiat sur investissement, c’est le pouvoir de manipulation que Patrice TALON avait sur nos institutions qui était inquiétant. Pour assurer ses intérêts, le Président de la République lui-même à l’époque, avait dû prendre son bâton de pèlerin pour vanter les mérites de ce qu’il appelait alors « la réforme du siècle et que pour rien au monde il ne retirerait ».

A l’époque, les avertissements lancés par les douaniers et les grèves qui s’en sont suivies pour dénoncer ce qu’ils appelaient « une privatisation de la douane béninoise » n’y ont rien changé ; au contraire, le Président de la République a tenté de briser la grève en ressuscitant des douaniers retraités qualifiés de « patriotes » à qui l’on promettant une nouvelle embauche. Mais face à l’échec programmé de cette tentative, le Président de la République a dû déployer les grands moyens en retirant aux douaniers en pleine grève, leur droit de grève par une loi jugée conforme à la Constitution par la Cour de Robert Dossou. Autrement dit, pour garantir les intérêts de Patrice TALON, notre Etatpar l’action concertée de l’Exécutif, du Législatif et de la Cour constitutionnellea été capable de retirer aux douaniers leur droit constitutionnel de grève : ce qui montre bien le pouvoir de manipulation que pouvaient exercer sur notre Etat, Patrice TALON et son argent.Dès lors, les querelles stériles actuelles entre le Gouvernement, Patrice TALON et la Douane relèvent du ridicule.

Patrice TALON a accompagné financièrement la quasi-totalité des députés de la mouvance présidentielle de 2007 à 2012ainsi que ceux de l’opposition. De fait, il a soutenu financièrement la quasi-totalité de la classe politique depuis plus de deux décennies. Dans ses propres justifications, Patrice TALON parle « d’aider les acteurs politiques, toutes tendances confondues,à soutenir la compétition parce que lui-même aime la compétition » (déclaration à la presse). En réalité, cette façon de présenter les choses dissimule très mal le système privé le plus sophistiquéde corruption de la classe politique qui ait jamais été mis en place dans notre pays depuis 1990.

Ainsi, lorsque Patrice TALON déclare sur RFI que c’est parce qu’il s’est opposé à la révision constitutionnelle opportuniste voulue par le Président de la République que ce dernier s’est retourné contre lui, il y a lieu de s’interroger sur les voies et moyens par lesquels il s’y était opposé. A l’époque, on ne l’avait jamais entendu ni sur un plateau de télévision ni sur une chaîne de radio, pas plus d’ailleurs qu’il n’a écrit une tribune dans aucun quotidien de la place ni d’ailleurs à l’étranger. Il est fort à parier que c’est par la corruption de quelques députés qu’il s’y était opposé ou plus précisément par le refus de corrompre un plus grand nombre de députés pour soutenir la révision.

Patrice TALON, c’est aussi celui qui aura marqué l’actualité politique et judiciaire tout au long du second mandatdu Président Boni YAYI. Quand il n’est pas accusé, à tort ou à raison, de tentative d’empoisonnementdu Président de la République,on le soupçonne d’avoir commandité une tentative de coup d’Etat. Dans les deux accusations, plusieurs innocentes et innocents ont été arrêtés, mis aux arrêts et ont vu leur vie brisée. Il y eu les 24h de garde à vue et lafuite vers un exil forcé en France pendant trois longues années qui se solda par le pardon accordé par le Président Boni YAYI.

Patrice TALON c’est enfin -même si la liste descriptive n’est pas exhaustive- une procédure en bonne et due formedevant la Cour commune de justice de l’Ohada à Abidjan contre l’Etat Béninois qu’il aspire aujourd’hui à présider. Cette procédure a abouti à une condamnation de notre Etat, c’est-à-dire à notre condamnation à nous tous Béninoises et Béninois, à lui payer la coquette somme de 140 milliards de FCFA.Il faut être naïf pour croire en une promesse électorale de non-exécution d’une telle décision, sauf à penser qu’il ne cherchait à travers ce procès qu’à montrer qu’il avait raison sur YAYI. Il serait donc dans une logique de vengeance personnelle prioritairement destinée à régler un compte personnel avec le Président Boni YAYI et non avec l’Etat Béninois. Mais, même si c’était le cas, ce serait encore plus préoccupant parce que cela trahirait la conception peu flatteuse qu’il a de l’Etat : le Président n’est pasl’Etat.

*Même pipe, même tabac

Quand à Sébastien G. AJAVON, il a été le compère de toujours de Patrice TALON. Ensemble, ils ont entretenu l’immense majorité des acteurs politiques mais sans doute dans des proportions différentes. Il a donc pleinement pris part à ce vaste système de corruption de la classe politique de notre pays.

Nous avons encore tous présents à l’esprit le feuilleton de son redressement fiscalde 35 milliards de nos francs et de ses arrangements avec la douane béninoise.Nous savons tous comment cela s’est terminé.

Nous avons également présents à l’esprit ses comportements de dénigrement de notre Etat qu’il aspire aujourd’hui à présider lorsqu’il traitait avec mépris un Ministre de la République qu’il disait incapable d’être un simple chef service dans sa société et les acteurs politiques qu’il décrivait comme des menteurs etqui « disaient qu’ils étaient à gauche quand ils étaient à droite ».

Par ailleurs, il se susurre qu’il n’a décidé de se porter candidat que parce que Patrice TALON a annoncé sa candidature, brisant ainsi un pacte qu’ils auraient conclu entre eux, opérateurs économiques, sur le dos des acteurs politiques traditionnels devenus leurs obligés.Pour eux, la conquête du pouvoir d’Etat est devenue une affaire de concurrence des égos de deux personnes qui se pensent au-dessus de tous parce qu’ils auraient de l’argent. Et que tout peut s’acheter, les consciences, les voix, un pays comme on achèterait le coton et les produits congelés.

J’entends bien les arguments avancés par ces candidats et leurs affidés pour justifier leurs candidatures mais aucun d’eux ne résiste à l’analyse ; au principal, ils sont de trois ordres à savoir leur réussite professionnelle respective, leur capacité de rassemblement de la classe politique et leur origine ethnique.

En ce qui concerne leur réussite professionnelle, elle mérite respect malgré tout ce que, par ailleurs, l’on peut leur reprocher. Il faut juste rappeler qu’un Etat n’est pas une entreprise privée ; il est bien plus qu’une entreprise. L’Etat est englobant là où l’entreprise est catégorielle ; l’Etat englobe le politique, l’économique, le social et le culturel là où l’entreprise ne réalise que son objet social. On peut donc très bien réussir en entreprise et se révéler un piètre politique, voire un piètre Président de la République.

La fonction présidentielle est une fonction éminemment politique, elle ne peut donc être dévolue qu’aux seuls acteurs politiques. Elle est la consécration et non le commencement d’une carrière politique.  

Au Nigéria, au Togo, au Ghana, en Côte-d’Ivoire, au Sénégal, au Mali, au Niger, au Burkina Faso et partout ailleurs en Afrique, nul ne peut être Président de la République s’il n’est un acteur politique qui a fait ses preuves dans un parti politique. Il en est de même dans les pays de vieille tradition démocratique comme en Europe ou ailleurs. C’est seulement chez nous, que pour des intérêts bassement matériels, les acteurs politiques peuvent se coaliser pour soutenir et porter un acteur non politique à la magistrature suprême.

Mieux, pour être un bon Président de la République dans un régime démocratique, il faut avoir la culture de l’Etat qui ne s’acquiert qu’à l’expérience et connaître l’administration publique et pas simplement en tant qu’usagers.  Il faut savoir être humble et accepter la contradiction, toutes qualités que ni l’un ni l’autre ne possède.

Mais derrière cet argument de la réussite professionnelle se profile l’idée selon laquelle ils seraient seuls à avoir les moyens financiers nécessaires pour déboulonner le système YAYI qui dispose de tous les moyens de l’Etat pour se maintenir. La perversité de cet argument réside dans le fait que si seuls leurs moyens financiers peuvent faire partir le régime YAYI, cela reviendrait alors à constater l’échec institutionnel de notre modèle démocratique notamment en ce qui concerne le mode de dévolution du pouvoir. Il est donc à craindre que si l’un ou l’autre venait à s’installer, il faudrait encore plus de moyens qu’aujourd’hui pour le faire partir.

En ce qui concerne l’argument tiré de leur capacité de rassemblement, s’il le revendique l’un et l’autre, c’est qu’ils ont tous les deux échoué. Le rassemblement se fait autour d’une seule personnefaute de quoi, ils perpétueraient l’un et l’autre, sous d’autres formes, les divisions entretenues par les acteurs politiques et qu’ils dénoncent et aspirent à corriger.

En ce qui concerne l’argument tiré de leur origine ethnique, ils se présentent l’un et l’autre comme les seuls capables de ramener le pouvoir au Sud. Tout aussi important que peut être la « question régionale » dans le débat politique béninois, il est à regretter que les nouveaux acteurs politiques veuillent perpétuer les cadres d’analyse désuets des anciens acteurs politiques. On devrait être Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du gouvernement pour satisfaire les besoins de tous les Béninois et non pour redonner le pouvoir au Sud ou encore pour le maintenir au Nord. Céder à cet argument fait courir le risque de préparer les esprits à une fracture qui ne protège pas l’avenir du Bénin de conflits comme ceux que d’autres pays ont connus.

Au subsidiaire, ils annoncent tous les deux qu’ils exerceront un mandat de transition et qu’en réalité une fois élus, ils laisseront la réalité du pouvoir aux acteurs politiques qui accepteront de les soutenir aux premier et second tours de l’élection. Il faut plutôt en rire car c’est méconnaître la logique de transfiguration propre au pouvoir politique : même le plus humble des Hommes la veille est susceptible de se transformer le lendemain, une foisconquis le pouvoir d’Etat.Au total, l’avènement de l’un ou l’autre de ces deux nouveaux acteurs au pouvoir en 2016 serait du plus mauvais effet et présenterait des risques incalculables pour le pays.

II / Les risques pour le Bénin de ces candidatures

Selon Monseigneur Antoine GANYE, la candidature de nos deux nouveaux acteurs politiques présenterait trois conséquencesà savoir « le soupçon de vengeance », « le vide créé dans le monde du secteur privé par le départ de l’un ou de l’autre » et « l’instauration de fait d’un climat de méfiance entre les opérateurs économiques ».

En effet, après toutes ces relations tumultueuses entre le pouvoir politique et  les opérateurs économiques, il est évident que pèse sur eux une suspicion légitime de vengeance que rien ne peut effacer. C’est ce que confirme le Prélat quand il écrivait  « vos candidatures seront forcément considérées par la Nation entière comme un règlement de compte animé par un sentiment de vengeance ». De même, soucieux de voir amputer le secteur privé béninois de ses représentants, le Prélat s’adressait à eux en ces termes « vous n’êtes pas sans savoir que le budget du Bénin est essentiellement fiscal, le pays a donc besoin de la contribution de vos entreprises pour assurer sa croissance. Vous êtes pour l’un Président du patronat du Bénin et pour l’autre grand opérateur économique dans un secteur vital et source de revenus d’exportation importants pour le Bénin. Vous êtes donc les premiers représentants du secteur privé au Bénin ». Par ailleurs, un opérateur économique à la tête du pays fausserait nécessairement la concurrence entre les opérateurs économiques, puisqu’il sera tenté de s’accaparer à son propre compte les principaux marchés du pays. Pour le Prélat « la candidature à la présidence de la République d’opérateurs économiques de votre dimension entraînera inéluctablement la méfiance des autres opérateurs économiques et pourrait avoir des effets très néfastes ». En fait le Prélat pronostique ainsi la fin du secteur privé dans notre pays. En plus de ces risques relevés par Monseigneur GNANYE, le Professeur Roger GBEGNONVI en a aussi relevé un qui est tout aussi important.

Pour lui, la candidature de nos deux principaux opérateurs économiques, dans un contexte de « démocratie encore fragile » risque de renforcer ce qu’il appelle « le sinistre de la dictature de l’argent ». En effet, s’ils ont été capables de penser, en étant hors du pouvoir, que tout avait un prix qu’adviendrait-il s’ils avaient le pouvoir ? Autant dire qu’ils privatiseraient tout le pays et qu’ils installeraient définitivement le règne de l’argent-roi. En vérité, je ne suis pas sûr qu’ils aient un autre argument à vendre.

Quant au Président Adrien HOUNGBEDJI,alors même que la nouvelle de ces candidatures n’était pas encore connue, il avertissait avec prémonition dans son discours d’investiture, «l’allégorie des deux télécommandes a été fréquemment invoquée. Ni l’une ni l’autre ne sont vertueuses. Ce que je veux dire ici avec force, c’est qu’une élection n’est juste et équitable que si les moyens disponibles sont eux-mêmes justes et équitablement alloués. Ce que je veux dire ici avec force, c’est qu’il faut condamner les méthodes qui dénaturent la démocratie. Je veux proclamer ici l’impérieuse nécessité d’une réforme approfondie de notre système partisan… Instaurer en leur sein des règles efficaces d’alternance. Assurer un financement public conséquent de leurs activités assorti d’un contrôle non moins public. Interdire la transhumance. Le tout pour permettre aux partis d’être de vrais socles qui jouent efficacement leur rôle dans l’animation de la vie politique et dans la conquête du pouvoir d’Etat. Sans une réforme d’envergure, le risque est grand de voir notre classe politique disparaître progressivement et à jamais ». Il est évident que la victoire de l’un ou de l’autre signerait la disparition définitive de notre classe politique et d’une certaine manière de notre démocratie car il n’existe pas de démocratie sans classe politique.

*Méfiance et déconfiture en vue

On pourrait pousser l’analyse plus loin et identifier d’autres risques encore, notamment le divorce entre le pouvoir politique et les opérateurs économiques nationaux, la fuite des opérateurs économiques étrangers et l’instabilité politique.

En ce qui concerne, le divorce entre le pouvoir économique et les opérateurs économiques, qu’ils soientou pas candidats, qu’ils gagnentou pas l’élection, plus aucun pouvoir politique ne voudra plus jamais aider, voire protéger nos opérateurs économiques nationaux de peur que ceux-ci ne se retournent contre eux et deviennent leurs principaux adversaires dans la lutte pour la conquête, l’exercice et la conservation du pouvoir politique. Dès lors, il leur sera préféré les opérateurs économiques étrangers parce qu’il n’y aurait rien à craindre d’eux en matière de conquête du pouvoir politique et encore.

En ce qui concerne le départ des opérateurs économiques étrangers, ils auraient aussi de bonnes raisons de craindre un Président de la République opérateur économique. Ils pourraient ainsi se retirer de notre pays pour ceux d’entre eux qui y sont déjà ou alors craindre d’y arriver ou renoncer à y arriver pour ceux d’entre eux qui n’y sont pas encore.

En ce qui concerne les risques d’instabilité politique, ils sont sans doute les plus importantsparce qu’ils découlent d’une question essentielle aux réponses insondables. En effet, il faut s’interroger sur les réactions possiblesqu’un opérateur économique pourrait avoir lorsqu’il s’entendra dire qu’il a perdu les élections alors qu’à tort ou à raison il aura le sentiment de s’être fait voler sa victoire par les structures en charge d’organiser les élections.Sera-t-il capable de fair-play, après avoir investi plusieurs milliards de ses francs dans une campagne électorale, pourreconnaître sa défaite et féliciter son adversaire qui a gagné comme un acteur politique traditionnel le ferait ? Ne sera-t-il pas tenté de se faire justice et ainsi conduire le pays dans la voie de la violence et de l’impasse à cause de ses milliards ? Nous l’avons vu à Madagascar et ailleurs en Afrique et dans le monde, cela se termine presque toujours mal. Alors que faire ?

Le Professeur Albert TEVOEDJRE, tout en tenant compte des risques de dérapage appelle les « Béninois à changer de logique électorale en souhaitant une rupture avec des pratiques électorales où l’argent dicte sa loi avec la prédominance d’un grégarisme régional irréfléchi ». Mais il n’est pas sûr que cet appel soit entendu et lui-même en a le pressentiment et c’est pourquoi il anticipe en suggérant l’installation en 2016, « d’un gouvernement de salut public dirigé par un président que nous espérons être préparé pour cela, répondant aux nécessités du moment et ayant la crainte de Dieu ». Le seul problème avec cette proposition est celui de la légitimité de ce « gouvernement de salut public ». En effet,  puisque ce ne sera pas sur cette question que les électeurs se seront prononcés dans les urnes,comment pourrait-on contraindre un Président élu sur la base d’un programme de céder la place à « un gouvernement de salut public » ?

Pour le Front du refus de Bénin-WAXALA, « le pays a besoin de nouveaux fondements dans tous les domaines, que rien de bon pour le peuple ne sortira de l’élection présidentielle de février 2016, déjà entachées de fraude avec la révision par la Cour des conditions d’âge, la distribution malgré la loi de l’argent par les potentiels candidats et que par conséquent il faut réunir les conditions des Etats généraux du peuple pour une transition politique » afin de mettre  un terme au « désastre économique, social, culturel, politique et moral causé par le règne de l’impunité des auteurs de corruption, de fraude sous le régime du renouveau ».Les membres de ce Front ont bien raison de s’en inquiéter car il n’est point besoin de dessin pour voir la gravité de ce vers quoi nous allons.

Autant il est aisé de partager le diagnostic et les solutions du Frontdu refus de Bénin-WAXALA, autant on n’est pas assez renseigné sur les moyens d’y parvenir. Les textes fondateurs parlent sans autres formes de précision, de « mobilisation générale » pour dire « NON et Agir pour empêcher la reconduction du système moribond sous d’autres formes, à travers l’organisation d’une élection de tous les dangers ».

*Une exclusion ou un sursaut d’orgueil pour sauver le Bénin

Pour ma part, je vois deux solutions de sortie, l’une juridique et l’autre politique. La juridique est préventive et la politique est curative. La première est en amont, la seconde en aval.

Sur le plan juridique, il va s’agir de l’application innovante des dispositions pertinentes de l’alinéa 2 de l’article 44 de notre Constitution qui disposent que « nul ne peut être candidat aux fonctions de Président de la République s’il n’est de bonne moralité et d’une grande probité ». Il s’agit de deux conditions cumulatives et non alternatives auquel cas, le constituant aurait écrit« de bonne moralité ou d’une grande probité. Par ailleurs, il faut relever que ce n’est pas une simple probité qui est requise mais bien une « grande probité »c’est-à-dire « une grande honnêteté et une grandeintégrité ».

Depuis 1991, la Cour constitutionnelle n’a encore jamais invalidé une candidature à l’élection présidentielle sur le fondement de cette disposition. De plus, dans l’imaginaire collectif, « être de bonne moralité et d’une grande probité » se résume à « avoir un casier judiciaire vide ». Or, on peut avoir un casier judiciaire vierge et ne pas être « de bonne moralité et d’une grande probité » car pour avoir un casier judiciaire chargé, il faut avoir été traîné devant les tribunaux puis condamné pour des faits graves. Par ailleurs, on peut ne pas « être de bonne moralité et d’une grande probité » et ne jamais avoir été traîné devant les tribunaux ouquand c’est le cas avoir les moyens de se payer les meilleurs avocats et de bien s’en sortir.

On ne peut pas avoir autant d’affaires avec l’Etat sans que « sa bonne moralité et sa grande probité » ne soient questionnées ; on ne peut pas avoir jonglé autant avec les ressources de l’Etat,sa douane et son fiscsans que « sa bonne moralité et sa grande probité » ne soient questionnées ; on ne peut pas avoir eu autant derelations incestueuses avec l’Etat, son patrimoine, ses financessans que « sa bonne moralité et sa grande probité » ne soient questionnées. Et on ne peut pas avoir mis en place ce vaste système de corruption d’une grande partie de la classe politique sans que « sa bonne moralité et sa grande probité » ne soient questionnées.

Ceci est d’autant plus important que l’autre disposition de la Constitution à laquelle fait échosl’article 44.2  est celle de l’article 35 qui dispose que « les citoyens chargés d’une fonction publique ou élus à une fonction politique ont le devoir de l’accomplir avec conscience, compétence, probité, dévouement et loyauté dans l’intérêt et le respect du bien commun ». Or en la matière, la Cour constitutionnelle a développé une abondante jurisprudence depuis 1993 sur la violation de l’article 35. Il lui revient donc d’approfondir cette disposition constitutionnelle pour dire si ces candidatures sont recevables ou pas. Et elle devrait pouvoir prononcer l’irrecevabilité de ces deux candidatures. Mais si par extraordinaire, la Cour n’optait pas pour cette solution juridique préventive, il faudrait alors que la classe politique prenne ses responsabilités, même si pour l’heure, elle ne semble pas en prendre le chemin.

En effet, par solution politique, j’entends l’obligation morale qui incomberait aux partis politiques dignes de ce nom, de se coaliser pour faire triompher la candidature d’un acteur politique, quels que soient ses défauts. Il s’agira de mettre en place un cordon sanitaire partisan pour sauver la République. Ce serait une occasion historique unique de faire la distinction entre, d’une part, les vrais partis politiques prêts à défendre l’intérêt général et, d’autre part, les autres partis qui n’ont aucun sens de l’intérêt général et qui ne sont créés que pour assurer les intérêts bassement matériels et financiers de leurs principaux responsables.

Elites politiques béninoises, mobilisons-nous et travaillons pour la postérité.

*Les titres, les intertitres et le chapeau sont de la rédaction