La Nouvelle Tribune

Le premier rapport d’activités du président Houngbédji voté à l’unanimité

Espace membre

Les députés de la 7è législature se sont retrouvés hier au palais des gouverneurs à Porto-Novo pour examiner le premier rapport d’activités du président de l’Assemblée nationale, Adrien Houngbédji, au cours de la période du 20 mai au 30 septembre 2015.

La plupart des députés qui sont intervenus, toutes les tendances confondues,  hier à l’hémicycle ont donné leur quitus à ce rapport d’activités. Au cours de la présentation de ce rapport d’activités, le président Adrien Houngbédji a fait comprendre que plusieurs dossiers ont été examinés au cours de la période de référence et regroupés en deux catégories à savoir les lois ordinaires au nombre de deux et les lois portant autorisation de ratification d’accords de prêts et de financement au nombre de six; ce qui permet de mettre à la disposition du gouvernement un montant de 52 milliards 643 millions 883 milles FCFA pour la mise en œuvre de sa politique de développement. Cette politique couvre entre autres, les secteurs de l’agriculture, de l’éducation, de la gestion de l’environnement, de l’assainissement et de l’énergie électrique. Pour ce qui est du contrôle parlementaire de l’action gouvernementale, au terme des dispositions de l’article 113 de la Constitution, l’Assemblée nationale a également pour mission de contrôler l’action du gouvernement à travers les questions écrites, orales et d’actualité, les commissions parlementaires d’enquête et de contrôle et les interpellations.

Contrôle de l’action gouvernementale

A propos des questions écrites, au cours de la période de référence, l’Assemblée nationale a enregistré 04 questions écrites posées par les députés et transmises au gouvernement conformément aux dispositions de l’article 111.1 du règlement intérieur du parlement. Dans ces questions, deux ont eu droit aux réponses du gouvernement. Pour les questions orales, les députés ont adressé au gouvernement au cours de la même période, 05 questions orales avec débats. Aucune d’entre elles n’a fait objet de débat au cours de la période de référence. Quant aux questions d’actualité, l’Assemblée nationale a enregistré 05 questions d’actualité. Parmi elles, deux ont été retenues pour être examinées au cours de la 5è session extraordinaire de l’année 2015. Mais à la demande du gouvernement, les deux questions d’actualité seront présentées sous forme de communication du gouvernement au cours de la 2è session ordinaire de l’année 2015.

En ce qui concerne les commissions parlementaires d’information, d’enquête et de contrôle. Au cours de la période de référence, l’Assemblée nationale n’a mis en place aucune commission parlementaire d’information, d’enquête et de contrôle. Mais une commission spéciale temporaire a été mise sur pied en vue de l’utilisation de la biométrie lors des opérations de vote.  Quant aux dossiers d’interpellation du gouvernement, l’Assemblée nationale n’a encore enregistré aucune demande d’interpellation du gouvernement au cours de la période de référence. Le président de l’Assemblée nationale n’a pas omis les autres activités du parlement, notamment la constitution des groupes parlementaires, la mise sur pieds du Cos-lépi, de la Cnil, de la Cbdh, des Cca et l’élection de l’honorable Boniface Yèhouétomè en tant que 2è questeur de l’Assemblée nationale. Les activités d’administration et de gestion du parlement, la réforme du système partisan, un accent particulier a été mis sur la diplomatie parlementaire pour réaliser une véritable intégration régionale et sous-régionale pour la sécurité et la paix, le renforcement des capacités des députés et du personnel administratif, la gestion des carrières et des avantages accordés au personnel administratif et la couverture sanitaire des députés et du personnel parlementaire n’ont pas été occultés par le président Adrien Houngbédji