La Nouvelle Tribune

Affaire PVI: La Ccja, une juridiction «corrompue» selon le gouvernement béninois

Espace membre

Coup de tonnerre du gouvernement béninois. La Cour commune d’arbitrage et de justice de l’Umeoa est une juridiction sous «pression de l’argent», selon le gouvernement béninois, dirigé par Dr Thomas Boni Yayi. En effet, la Ccja a rendu un verdict en appel dans la l’affaire Pvi-Etat béninois et a condamné le Bénin à verser une somme de 142 milliards de franc à l’homme d’affaires Patrice Talon.

Ce qui n’est pas du goût du gouvernement et de son chef. Ainsi, lors du dernier conseil des ministres en date du vendredi 23 et dimanche 25 octobre, le gouvernement dit ne pas être engagé à verser une telle somme à l’operateur économique. «… le trésor public béninois n’étant aucunement engagé par la décision de la Ccja », peut-on lire dans le communiqué final du conseil des ministres. Mais ce qui inquiète plus d’uns, c’est la remise en cause de la sincérité et la crédibilité de la décision de la Ccja par le gouvernement béninois.

Lire Affaire PVI - Talon : conseil des ministres des 23 et 25 octobre

«La Ccja demande d’indemniser Monsieur Patrice Talon alors que les faits le prouvent à souhait………sans le concours d’aucun expert et dans un simulacre d’écoute de la partie béninoise», indique le même communiqué.  Rejetant cette décision de la cour de l’Uémoa, le gouvernement du Dr Thomas Boni Yayi, entendant prendre d’autres mesures pour qu’une juridiction internationale non corrompue se charge du dossier Pvi-ng. «Le Bénin prend déjà des dispositions pour que justice soit rendue au plan International par des juridictions à l’abri de pressions de l’argent voire de la corruption et véritablement soucieuses de dire le droit» a conclu le communiqué sur ce dossier Pvi-ng qui, visiblement n’a pas encore livrer tous ces secrets.