La Nouvelle Tribune

Plainte pour diffamation : l’Armp jette l’éponge face à Jacques Ayadji

Espace membre

En septembre dernier, l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) a porté plainte pour diffamation contre Jacques Ayadji, suite à des propos tenus par ce dernier sur la crédibilité de l’institution et de ses membres. Curieusement, avant-même que le procès démarre, l’Autorité a fait un rétropédalage en annulant la citation directe adressée au syndicaliste et activiste.  

« L’Autorité de régulation des marchés publics est une institution qui n’est pas crédible (…) C’est une institution qui ne sert à rien tant que ces personnes qui siègent aujourd’hui seront dans l’institution là» Ceci est un extrait des propos tenus par Jacques Ayadji sur Soleil Fm fin juillet dernier. L’actuel Secrétaire général du Syndicat national des travailleurs de l’administration des transports et des travaux publics (Syntra-Ttp) avait, en effet, accordé une interview à nos confrères de cette radio privée cotonoise. Réputée pour ses dénonciations, l’intransigeant syndicaliste et activiste n’a pas du tout fait de cadeau aux membres de l’Armp, avec à leur tête Eugène Dossoumou. Pour Jacques Ayadji, il faut « jeter dans la poubelle toutes les décisions qui sortent de l’Armp parce qu’elles ne servent à rien ». Et comme pour enfoncer le clou, le président du Marib qualifie l’Autorité d’ « un ramassis de personnes qui ne savent pas ce qu’ils font. » Ou « s’ils savent ce qu’il font, c’est qu’ils sont incompétents », a-t-il insisté.

Ces propos ont valu à Jacques Ayadji une plainte de l’Armp. L’Autorité a porté plainte contre le syndicaliste, la radio et le journaliste interviewer pour « diffamation et injures envers un organe étatique et ses membres ». La citation directe a été transmise à Jacques Ayadji le 25 septembre 2015. Selon l’Armp, les propos de Jacques Ayadji « ne reposent sur aucun fait qu’il puisse démontrer et prouver ».  Comme l’exige la procédure en la matière, le Secrétaire général du Syntra-Ttp a alors produit son exception de vérité pour fournir les éléments de preuve de ses «allégations ». Suite à la production de ces éléments de preuve ; un document de centaines de pages, l’Autorité de régulation des marchés publics a décidé de rebrousser chemin. Elle a décidé d’annuler sa plainte. « L’acte d’annulation de citation directe » a été notifié à Jacques Ayadji ce mardi 12 octobre.