La Nouvelle Tribune

Gustave Sonon : «Jacques Ayadji n’a pas d’amis»

Espace membre

Le ministre des Transports et des Travaux Publics, Gustave Sonon était vendredi dernier, l’invité de Café Médias Plus (Cmp). Il a entretenu les membres de ce club de presse sur les réalisations faites par le régime Yayi en termes d’infrastructures routières.

«Réseaux routiers au Bénin : débat autour de ce que Boni Yayi a fait ». C’est autour de ce thème que le ministre Sonon a tenu en haleine pendant près de deux heures les journalistes qui ont massivement fait le déplacement de la Maison des Medias, Cotonou. Le très controversé projet de boucle ferroviaire, les chantiers routiers en cours, les marchés exécutés par les entreprises chinoises sont entre autres points évoqués par le ministre Sonon.

Qui sur question des journalistes n’a pas manqué de parler de sa collaboration avec Jacques Ayadji, l’intransigeant et très acerbe secrétaire général du Syndicat national des travailleurs des Transports et Travaux Publics (Syntra-Ttp). En effet, les rapports étaient tendus entre Jacques Ayadji et Aké Natondé, le prédécesseur de Gustave Sonon. On se rappelle encore la guerre médiatique entre les deux hommes suite à certaines dénonciations faites par Jacques Ayadji. Curieusement, depuis l’avènement de Gustave Sonon, il règne une ambiance bon enfant entre Jacques Ayadji et lui.

L’on a noté une certaine pause dans les dénonciations de Jacques Ayadji. Mieux, l’intrépide Secrétaire général, récemment élu, a été promu au poste de directeur adjoint des travaux neufs. Il y a une complicité apparente entre les deux hommes. « Jacques Ayadji n’a pas d’amis », a nuancé le ministre Sonon vendredi dernier à Café Medias Plus. «Ayadji est très attaché au respect des procédures, explique-t-il. Et quand cela n’est pas fait, il dénonce. Si des problèmes de procédures se posent même sous moi, vous verrez Ayadji monter au créneau pour dénoncer