La Nouvelle Tribune

Politique nationale

Espace membre

Comment comprendre les réactions contre les G et F
Chaque fois que les G4, G13 et Force-clé sortent pour critiquer les actions du président Boni Yayi, il y a des réactions tous azimuts pendant des semaines. Les hommes politiques proches du pouvoir en place en font leur credo pendant longtemps.


Leur réplique est sans appel. Comment expliquer cette fougue contre les adversaires du pouvoir en place ? Compte tenu de la délicatesse des sujets abordés au séminaire de Bohicon par G et F, il y a certains barons de la mouvance connaissant bien les rouages de la politique béninoise se lèvent pour apporter la contradiction à la mesure des attaques du camp adverse. C’est le cas de Candide Azannaï par ses dernières déclarations. Pour avoir collaboré pendant des années avec les acteurs politiques, il est bien placé pour apporter la version contradictoire. Par contre, il y a des courtisans qui profitent de ces occasions pour se faire une place au soleil du changement. Par cette stratégie, Bernard Davo, un ouvrier de la 36éme heure, s’est retrouvé au gouvernement au dernier remaniement ministériel. Barthélemy Kassa s’est fait remarquer très tôt par ses critiques contre les G4, G13 et Force-clé. Aujourd’hui, il est ministre de la Recherche minière. Il y a également plusieurs acteurs politiques qui se servent des sorties de la classe politique nationale pour s’illustrer dans l’opinion publique.
{mosgoogle}
Hier comme aujourd’hui, rien n’a changé au plan politique. Les mêmes pratiques utilisées pour atteindre des objectifs donnés demeurent. Comme les mêmes causes produisent les mêmes effets, les attitudes des uns et des autres n’ont pas évolué. Chacun prend des positions en fonction de ses intérêts du moment. La conclusion est alors facile à tirer dans ces conditions : « Les questions de développement risquent d’être mises en parenthèses même à l’ère du changement ».

Jules Yaovi Maoussi