La Nouvelle Tribune

Présidentielle 2016 : Daniel Edah confirme sa candidature

Espace membre

Sera ou ne sera t-il pas candidat à l’élection présidentielle de février 2016 ? C’est désormais une certitude. Daniel Edah sera bel et bien candidat à la course à la Marina. Il l’a annoncé,  ce jeudi 1er octobre au cours d’un point de presse organisé à son siège de campagne à Fifadji.

«Je viens vous rassurer que ma candidature volontaire à l’élection présidentielle annoncée depuis le 19 février 2015, ira jusqu’au bout». C’est en ces termes que le président du Mouvement pour la prospérité solidaire(Mps), Daniel Edah a confirmé qu’il est toujours en lice pour la prochaine consultation électorale de février 2016.

Militant associatif et politique depuis les années 90, le conseiller communal élu à Gohomey dans la commune de Djakotomey, se dit être un candidat de la paix, du rassemblement et de la conviction. Mieux, Daniel Edah se met dans la posture du président qui défendra les faibles et combattra les injustices. Et pour atteindre ces objectifs, le candidat lance un appel à tous les fils et filles, jeunes, retraités, capitalistes ou non afin que chacun joue le rôle qui est le sien. Choqué au regard des biens mal acquis dans notre pays, Daniel Edah reste confiant qu’il fera beau.

Et pour cause, il s’engage à recréer la confiance entre les opérateurs économiques et l’Etat. La restauration de la confiance au sein de la classe politique, la promotion du dialogue intergénérationnel sont, entre autres, les axes sur lesquels l’ancien fonctionnaire de l’organisation internationale de la  francophonie mise. Dans une vision d’un Bénin économiquement prospère et socialement stable, Daniel Edah juge nécessaire la culture de complémentarité et appelle chaque Béninois à apporter sa fortune, sa spécialité, sa contribution pour réaliser le bien-être commun.

Pour que les Béninois vivent heureux, le candidat déclaré à l’élection présidentielle de février 2016 s’engage aussi à réduire les grèves qui compromettent les performances de l’administration, développer l’agriculture, promouvoir l’industrialisation pour créer les opportunités réelles d’emplois pour les jeunes, renforcer les dispositifs d’octroi de crédits pour l’entreprenariat des jeunes et l’autonomisation des femmes.