La Nouvelle Tribune

Rencontre partis politiques/Cena

Espace membre

Todjinou dénonce un nouveau sabotage du gouvernement
Au cours de la rencontre informative tenue hier avec les partis politiques à l’Infosec de Cotonou, le président de la Cena, Pascal Todjinou a révélé de nouvelles embûches que le gouvernement a encore semé sur le parcours du processus électoral après avoir rassuré de l’effectivité des élections municipales du 20 Avril prochain.
C’est le premier vice président de la Commission électorale nationale indépendante (Cena), Moudachirou Manzourou qui a ouvert la rencontre. Dans ses propos, il a invité les partis politiques à se comporter avec fair-play lors de la campagne électorale qui démarre ce jour, mais à s’imprégner surtout des contenus des textes et lois qui régissent les élections municipales. A sa suite, le président de la Cena, Pascal Todjinou a rappelé les péripéties qu’a rencontrées son institution depuis le début du processus électoral. Selon ses déclarations, le budget alloué à l’organisation est insuffisant et les répercutions  s’observent déjà sur le terrain. Il s’agit par exemple de la mauvaise condition faite aux agents des Commissions électorales d’arrondissement (Cea) dont le nombre a été réduit, occasionnant du coup plus de travail à leur charge pendant que les émoluments ne sont pas proportionnels. Conséquence, il y a encore des données relatives au recensement électoral qui ne sont pas encore au niveau de la Cena. Pour le syndicaliste-président, cette situation découle des coupes sombres incontrôlées dans le budget préalable de 7 milliards proposé au gouvernement. L’autre fait qui est assez gravissime selon Pascal Todjonou, est la prise d’une décision par le délégué du contrôleur financier sans l’avoir avisé et qui suspendait tout paiement jusqu’à nouvel ordre. Interpellé, l’intéressé déclare avoir reçu l’ordre de son ministre. Ce dernier n’a pas non plus nié les faits. Il reconnaît avoir donné un tel ordre. Pour Pascal Todjinou, rien ne justifiait la prise d’une telle décision pendant que les agents sont sans salaire et qu’on est à la veille de campagne électorale. Pour finir, il s’est exprimé sur le supposé vol de cinquante mille cartes d’électeurs. Il a dénoncé la politisation à outrance du dossier et s’est félicité du verdict rendu par la justice avant de mettre en garde les individus mal intentionnés qui, sous le couvert de l’immunité parlementaire malgré leurs casseroles qu’ils traînent se permettent de discréditer l’institution dont il a la charge.    

Todjinou menace de faire des révélations
Le président Todjinou a exprimé toute sa colère face aux détracteurs de son institution dans le cadre de l’affaire de vol de 50.000 cartes d’électeurs. Il n’entend plus tolérer que des députés qui ont, peut-être bénéficié par le passé de certains procédés douteux pour se faire élire, continuent de jeter de l’opprobre sur la Cena. Désormais, dit-il, il va les dénoncer publiquement. Car, poursuit-il dans le rang de ceux-là qui se disent ‘’changeurs’’, il est tapis des gens qui sont passés à la bourse du travail les démarcher pour qu’ils acceptent la révision de la constitution, dans un passé encore récent. Il s’offusque que des gens de moralité douteuse réfugiés à l’assemblée nationale et bénéficiant de l’immunité parlementaire s’érigent en donneurs de leçons et salissent la Cena 2008, qu’il qualifie lui-même de lumière.  Pascal Todjinou s’est dit prêt, lui et les membres de la Cena, à consentir tous les sacrifices possibles pour que les  élections municipales et communales se tiennent à la bonne date, tout en apaisant les partis engagés dans la course à leur faire confiance puisque des mesures ont été prises pour qu’il n’y ait pas  fraude.
 
Benoît Mètonou